Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le traitement de la rechute d’un cancer bronchique non à petites cellules de stade IV - 24/09/08

Doi : RMR-10-2008-25-8-C2-01761-8425-101019-200720313 

E. Quoix

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La chimiothérapie de deuxième ligne du cancer bronchique non à petites cellules est un concept récent, puisque les premiers essais de phase III établissant son intérêt datent de 2000. Successivement, le docétaxel à la dose de 75 mg/m2 toutes les 3 semaines, puis le pemetrexed à la dose de 500 mg/m2 également toutes les 3 semaines ont obtenu l’AMM dans cette indication. Les thérapeutiques ciblées connaissent un développement important dans le traitement des cancers bronchiques non à petites cellules. Parmi elles, les inhibiteurs des tyrosines kinases et singulièrement l’erlotinib à la dose de 150 mg/j per os ont démontré leur intérêt en deuxième ou troisième ligne. Si la deuxième et la troisième ligne de chimiothérapie sont bien codifiées, il n’en est pas de même pour les 4e à énième lignes, parfois proposées à un patient en bon état général et demandeur, pour lesquelles il n’y a pas de recommandations.

Abstract

Stage IV NSCLC Second-line therapy for metastatic non-small cell lung cancer

Second line chemotherapy for advanced non small cell lung cancer is a recent concept as the first phase III studies demonstrating its efficacy were published in 2000. Docetaxel was the first agent explored and deemed efficient in this setting at the dose of 75 mg/m2 every 3 weeks. Then pemetrexed was compared to docetaxel in a non-inferiority randomized trial at the dose of 500 mg/m2 every 3 weeks and demonstrated similar efficacy with significantly less toxicity than docetaxel. Targeted therapies undergo exponential development in the treatment of non-small cell lung cancer and the small molecule erlotinib (at a dose of 150 mg/day per os) which inhibits the tyrosine kinase of EGF-R demonstrated a significant benefit of survival compared to placebo in second or third line of chemotherapy. At this time there is no specific recommendations for further lines of chemotherapy although in clinical practice, they are currently used in good performance status patients.


Mots clés : Cancer bronchique non à petites cellules , Chimiothérapie de deuxième ligne , Docétaxel , Pemetrexed , Erlotinib

Keywords: Non-small cell lung cancer , Second line chemotherapy , Docetaxel , Pemetrexed , Erlotinib


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 8-C2

P. 113-118 - octobre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Place de la chimiothérapie
  • A.-P. Meert
| Article suivant Article suivant
  • Les traitements biologiques du cancer bronchique en 2008… et dans un futur proche
  • E. Bergot, G. Levallet, G Zalcman

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.