revues des maladies respiratoires - Organe officiel de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF)

Article gratuit !

Revue des Maladies Respiratoires Actualités
Vol 1, N° 1  - mars 2009
pp. 23-24
Doi : RMRA-03-2009-1-1-1877-1203-101019-200904004
Brève. Biomarqueurs et exacerbations
 

Les indications de l’antibiothérapie des exacerbations de BPCO restent floues. La purulence de l’expectoration paraît être un critère sensible, à bonne valeur prédictive négative. En revanche, il manque de spécificité, conduisant probablement à un excès de prescription, avec ses conséquences en termes d’effets secondaires, de dépenses et de risque de développement de résistances. Ces dernières années ont vu se développer un engouement pour la procalcitonine, beaucoup plus spécifique, dont l’utilisation permet de réduire le recours à l’antibiothérapie sans préjudice pour le malade [1].

Des études se penchent maintenant sur les mérites comparés de ce marqueur et d’autres comme la néoptérine et la CRP (marqueurs de l’inflammation), ou le pro-ANP (précurseur du peptide atrial natriurétique), seuls ou associés à des critères cliniques : ils ont ainsi été dosés dans une étude de 318 patients (46 en état stable, 217 en exacerbation, 55 avec pneumonies) [2].

Pour 2 des marqueurs étudiés (PCT, CRP), les taux étaient plus élevés en cas d’exacerbation ou de pneumonie. Aucun marqueur ne permettait de discrimination entre les catégories d’exacerbations définies cliniquement selon les critères d’Anthonisen. Au sein des exacerbations, 163 ont fait l’objet d’un examen microbiologique de l’expectoration, avec 76 résultats positifs. Les cas à ECBC positifs différaient des autres pour la néoptérine et, de façon plus surprenante, le pro-ANP. Ce peptide était aussi plus élevé en cas d’expectoration purulente. Pour ces deux comparaisons, il existait toutefois un recouvrement non négligeable des taux entre les catégories de patients. En résumé, CRP et PCT sont à même de différencier les épisodes aigus de la période stable, ce qui ne leur confère pas vraiment un intérêt pratique particulier (la définition de la stabilité restant avant tout clinique). En revanche, il reste difficile de déterminer, en utilisant uniquement des examens non invasifs, la valeur des marqueurs pour le diagnostic d’une origine bactérienne de ces épisodes. En effet, aucun « gold standard » non invasif n’est disponible. Par eux-mêmes, ces résultats soulignent l’importance d’établir un tel « gold-standard », tant pour les études de ce type que pour la pratique clinique.

Les auteurs de ce travail se sont aussi attachés à analyser l’influence de comorbidités sur ces marqueurs [3]. Sans surprise, ils ont montré que le pro-ANP était plus élevé en cas d’hypertension artérielle et de néphropathie. Tel était aussi le cas pour la néoptérine. En revanche, aucune différence n’était notée, quel que soit le marqueur observé, selon la sévérité de la BPCO, le tabagisme, la présence d’une corticothérapie ou d’une oxygénothérapie, le nombre d’exacerbations par an. En termes de pronostic, aucun ne prédisait la durée d’hospitalisation mais le pro-ANP était associé au risque de réadmission ultérieure. Point intéressant, tous les marqueurs étaient présents des taux plus élevés chez les malades qui allaient mourir dans le mois suivant l’admission. Leur dosage pourrait donc s’avérer intéressant pour aider, avec les critères cliniques, à déterminer les malades devant bénéficier d’un suivi plus rapproché.

Références

[1]
Stolz D, Christ-Crain M, Bingisser R, Leuppi J, Miedinger D, Muller C, Huber P, Muller B, Tamm M : Antibiotic treatment of exacerbations of COPD: a randomized, controlled trial comparing procalcitonin-guidance with standard therapy. Chest 2007 ; 131 : 9-19.
[2]
Lacoma A, Prat, Domínguez J, Andreo F, Blanco S, Cuesta MA, Ruiz-Manzano J, Ausina V : Utility of procalcitonin, neopterin, C-reactive protein and MR-proANP measurement in the management of exacerbations in chronic obstructive pulmonary disease. Eur Respir J 2008 ; 32 : 479s.
[3]
Lacoma A, Prat, Domínguez J, Andreo F, Blanco S, Cuesta MA, Ruiz-Manzano J, Ausina V : Usefulness of inflammatory markers: procalcitonin, neopterin, C-reactive protein and MR-proANP in the follow-up of patients with chronic obstructive pulmonary disease. Eur Respir J 2008 ; 32 : 479s.




© 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Accédez directement à un numéro :
  • Résumés du 16ème Congrès de Pneumologie de Langue Française
  • Recommandations pour la pratique clinique du SAHOS de l’adulte (Texte long)
  • Mission ATS 2011 : Les thèmes forts du Congrès américain





Article

PDF Pas de PDF pour cet article
Quel est votre diagnostic ?
Voir la réponse
Opération sous l'égide de la SPLF
La revue RMR est également disponible sur iPhone et iPad grâce à l'application EM-revues. Voir l'application
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article
Vous pouvez déplacer ce plan en cliquant sur le bandeau de la fenêtre