Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Interprétation des valeurs du CO expiré en tabacologie - 19/04/10

Doi : 10.1016/j.rmr.2009.09.004 
M. Underner a, , G. Peiffer b
a Unité de tabacologie, service de pneumologie, pavillon René-Beauchant, CHU de Poitiers, BP 577, 86021 Poitiers cedex, France 
b Unité de tabacologie, service de pneumologie, CHR Metz-Thionville, hôpitaux de Metz, 57000 Metz, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La mesure du CO expiré (COE) est une méthode simple, rapide et non invasive pour déterminer le statut tabagique des patients. Certaines difficultés d’interprétation du COE doivent toutefois être connues.

État des connaissances

Le CO est un marqueur biologique non spécifique du tabagisme. Sa demi-vie est courte (deux à six heures). Il reflète l’intensité de l’inhalation de la fumée de tabac. Sa forte affinité pour l’hémoglobine, produisant de la carboxyhémoglobine (HbCO), provoque une hypoxie tissulaire. La corrélation entre le COE et l’HbCO est forte et linéaire. Le sexe, la ventilation pulmonaire, l’activité physique et la période du nycthémère modifient l’élimination du CO. Le taux de COE est augmenté par la consommation d’alcool ou de bonbons riches en polyol et au cours de l’intolérance au lactose, des anémies hémolytiques, du diabète de type 1 et 2, de l’asthme, de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et de la dilatation des bronches. Un trouble ventilatoire obstructif modifie la relation entre le COE et l’HbCO sérique. Le seuil optimal du COE pour distinguer les fumeurs des non-fumeurs varie de trois à dix particules par million (ppm). Cependant, il est de 10ppm dans l’asthme et de 11ppm dans la BPCO.

Conclusions

Les faux positifs et les pathologies augmentant la production endogène de CO doivent être connus pour interpréter les taux de COE et d’HbCO en pratique clinique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Exhaled carbon monoxide (ECO) concentration provides an easy, fast and non invasive means of assessing smoking status. However, some difficulties have to be considered when interpreting ECO levels.

Background

CO is a non-specific biomarker of tobacco exposure. Its half-life is short (2–6hours). CO reflects the intensity of tobacco smoke inhalation. Its high affinity for haemoglobin, producing carboxyhaemoglobin (COHb), leads to tissue hypoxia. The correlation between ECO and COHb is strong and linear. Gender, pulmonary ventilation, physical exercise and time of day may induce variations in CO elimination. ECO levels are increased in the following situations: consumption of alcohol or polyol-rich sweets, lactose intolerance, haemolytic anaemia, types 1 and 2 diabetes, asthma, chronic obstructive pulmonary disease (COPD) and bronchiectasis. Airflow obstruction alters the correlation between ECO and blood COHb. Smokers and nonsmokers can be differentiated by threshold levels of ECO in the range three to ten parts per million (ppm). For patients suffering from asthma and COPD, however, the threshold levels of ECO are 10 and 11ppm respectively.

Conclusion

Both false positive results and clinical disorders associated with higher production of endogenous CO have to be taken into account when blood COHb and/or ECO levels are interpreted in clinical practice.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tabagisme, Tabagisme passif, Sevrage tabagique, Monoxyde de carbone, Carboxyhémoglobine

Keywords : Smoking, Passive smoking, Smoking cessation, Carbon monoxide, Carboxyhaemoglobin


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 4

P. 293-300 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Fiches techniques en imagerie thoracique
  • G. Ferretti
| Article suivant Article suivant
  • Activité physique et réentraînement à l’effort du patient atteint de mucoviscidose
  • C. Karila, S. Ravilly, R. Gauthier, C. Tardif, H. Neveu, J. Maire, S. Ramel, C. Cracowski, P. Legallais, H. Foure, A.-M. Halm, J. Saugier, G. Bordas, N. Loire, M. Kirszenbaum, J. Dassonville, L. Mely, B. Wuyam, P. Giovannetti, H. Ouksel, M. Ellaffi, A. Denjean

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.