Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

β-tubuline de classe III et cancer du poumon non à petites cellules - 19/04/10

Doi : 10.1016/j.rmr.2010.03.006 
P. Sève a, b, c, , C. Dumontet a, b, c
a Inserm U. 590, pharmacogénomique et chimiorésistance, laboratoire de cytologie analytique, faculté de médecine Rockefeller, 8, avenue Rockfeller, 69373, Lyon cedex 08, France 
b Faculté de Médecine Lyon-Sud–Charles Mérieux, université de Lyon, 165, chemin du Grand-Revoyet, BP 12, 69921 Oullins cedex, France 
c Service de médecine interne, hospices civils de Lyon, Hôtel-Dieu, 1, place de l’Hôpital, 69288 Lyon cedex 02, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Plusieurs auteurs ont évalué la relation entre l’expression de la β-tubuline de classe III et le devenir des patients porteurs d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) traités par des agents antitubulines (AAT).

État des connaissances

Un haut niveau d’expression de β-tubuline de classe III a été corrélé avec une moindre réponse ou une survie plus courte chez les patients présentant un CPNPC avancé traité par taxanes et vinorelbine. Deux études ont montré que les patients traités par paclitaxel dont les tumeurs exprimaient un haut niveau de β-tubuline de classe III avaient une moindre réponse et une survie plus vite, tandis que cette variable n’avait pas de valeur prédictive chez les patients ne recevant pas d’AAT. À l’opposé, l’analyse des tumeurs des patients opérés porteurs d’un CPNPC de l’essai JBR-10 a montré que la chimiothérapie par cisplatine/vinorelbine semblait neutraliser la valeur pronostique négative de l’expression de β-tubuline de classe III et que le bénéfice de la chimiothérapie était plus important pour les patients ayant un haut niveau d’expression.

Perspectives

Dans le CPNPC avancé, un haut niveau d’expression de β-tubuline de classe III pourrait orienter le choix de la chimiothérapie vers un protocole sans taxanes. Les épothilones apparaissent potentiellement intéressantes dans ce contexte.

Conclusions

L’expression de la β-tubuline de classe III émerge comme un marqueur de résistance aux taxanes dans le CPNPC avancé, ainsi qu’un marqueur pronostic pour le devenir des patients ayant une maladie localisée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Several investigators have addressed the relationship between expression of class III β-tubulin and outcome in patients with nonsmall cell lung cancer (NSCLC) treated with tubulin-binding agents (TBA).

State of art

High expression of class III β-tubulin has been found to be correlated with low response rates and reduced survival in advanced NSCLC patients treated with taxane/vinorelbine – containing regimens. Two studies have shown that patients receiving paclitaxel whose tumours expressed high levels of class III β-tubulin had a lower response rate and shorter survival, whereas this variable was not found to be predictive in patients receiving regimens without TBA. Conversely, analysis of samples from operable NSCLC patients in the JBR-10 trial showed that cisplatin/vinorelbine chemotherapy seemed to overcome the negative prognostic effect of high class III β-tubulin expression and that the greatest benefit from chemotherapy was observed in patients with high class III β-tubulin expression.

Perspectives

In advanced NSCLC, high βIII tubulin expression may prompt selection of taxane-free regimens as the preferred initial treatment approach. The epothilones may fulfil such a role in the treatment of NSCLC.

Conclusions

βIII tubulin expression is emerging as a valuable biomarker for taxane resistance in advanced disease, as well as offering prognostic information for outcomes among patients with earlier stage disease.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer du poumon non à petites cellules, Biomarqueur, Bêtatubuline de classe III, Agents antitubulines, Épothilones

Keywords : Nonsmall cell lung cancer, Biomarker, βIII tubulin, Tubulin-binding agent, Epothilone


Plan


© 2010  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 4

P. 383-386 - avril 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Complications de la transplantation pulmonaire : complications médicales
  • C. Knoop, M. Dumonceaux, B. Rondelet, M. Estenne
| Article suivant Article suivant
  • ERCC1 et cancer pulmonaire
  • D. Planchard, K.-A. Olaussen, J.-C. Soria

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.