Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le tabagisme des médecins généralistes a-t-il une influence sur l’abord du tabac en consultation en 2008 ? Enquête auprès de 332 médecins généralistes du Maine-et-Loire - 04/06/10

Doi : 10.1016/j.rmr.2010.03.001 
P. De Col a, C. Baron a, C. Guillaumin b, E. Bouquet c, S. Fanello c,
a UFR de médecine, département de médecine générale, 4, rue Larrey, 49045 Angers cedex 1, France 
b Unité de tabacologie, CHU d’Angers, 49933 Angers cedex 9, France 
c UFR de médecine, département universitaire de santé publique, CHU d’Angers, 2, rue haute de reculée, 49045 Angers cedex 1, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le tabagisme des médecins serait un obstacle à une prévention efficace du tabagisme notamment dans la pratique du conseil minimal.

But

Évaluer le tabagisme des médecins généralistes dans le Maine-et-Loire et étudier l’influence du statut tabagique sur leur pratique du conseil minimal en 2008 dans un contexte législatif défavorable aux fumeurs.

Méthodes

Trois cent trente-deux médecins généralistes du Maine-et-Loire ont répondu (participation : 60 %) à un questionnaire explorant leur tabagisme et leur abord du patient fumeur.

Résultats

La prévalence du tabagisme actif chez les médecins généralistes répondeurs est de 18 %, 34 % sont des anciens fumeurs et 47 % n’ont jamais fumé. Les 10 % de fumeurs réguliers consomment en moyenne 14 cigarettes par jour et 51 % sont dépendants de la nicotine (9 % fortement). En consultation, 32 % des médecins déclarent un abord systématique du tabagisme et 20 % déclarent pratiquer le conseil minimal quel que soit leur statut tabagique. Les médecins fumeurs demandent moins souvent à leurs patients s’ils fument (p=0,002) et pensent que leur tabagisme n’a pas d’influence sur leur pratique du conseil minimal (p=0,008). Par ailleurs, les mesures incitatives et coercitives prises en 2006 n’ont pas eu d’influence sur le statut tabagique des médecins mais ont permis à ces derniers de parler plus fréquemment du tabagisme avec leur patient.

Conclusion

Le conseil minimal n’est appliqué systématiquement que par 20 % des médecins quel que soit leur statut tabagique. L’abord non systématique du tabagisme a bénéficié des mesures mises en place en 2006.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Smoking among doctors would be an obstacle to effective smoking prevention, in particular the practice of minimal advice.

Objectives

To assess the smoking habits of general practitioners (GPs) in the department of Maine-et-Loire and to study the link between their smoking status and their practice of minimal smoking cessation advice in 2008 in a legislative context unfavourable to smokers.

Methods

Three hundred and thirty-two GPs in the department of Maine-et-Loire answered a survey (response rate: 60%) investigating their own smoking habits and how they approach patients who smoke.

Results

The prevalence of active smoking among general practitioners responders was 18%, 34% were former smokers and 47% had never smoked. Regular smokers (10%) smoked on average 14 cigarettes a day and 51% were nicotine dependent (9% strongly). When consulting, 32% of doctors systematically addressed smoking habits, 20% said that they gave minimal smoking cessation advice regardless of their smoking status. Doctors who smoked were less prone to ask their patients if they smoke (p=0.002) and they believed that their smoking does not influence their practice of giving minimal smoking advice. Moreover, the incentive and coercive measures introduced in 2006 had no influence on the smoking status of physicians, but allowed them to speak more frequently about smoking to their patients.

Conclusion

Minimal smoking cessation advice is applied systematically by only 20% of physicians regardless of their smoking status. Non-systematic smoking cessation advice benefited from the measures introduced in 2006.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tabagisme, Médecins généralistes, Sevrage tabagique, Prévention

Keywords : Smoking, General practitioners, Smoking cessation, Prevention


Plan


© 2010  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 5

P. 431-440 - mai 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • IFCT 02-02 : la prise en charge du cancer bronchique chez les patients âgés de 70 ans et plus en France
  • E. Quoix, I. Monnet, P. Scheid, A. Hamadouche, C. Chouaid, G. Massard, A. Depierre, P.-J. Souquet, D. Braun, P. Girard, J.-L. Breton, M.-P. Lebitasy, B. Milleron
| Article suivant Article suivant
  • Rétention dans les voies aériennes des particules nanométriques de l’aérosol de la fumée de cigarette au cours du tabagisme passif
  • M.-H. Becquemin, J.-F. Bertholon, M. Attoui, D. Ledur, F. Roy, M. Roy, B. Dautzenberg

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.