Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pneumopathie organisée cryptogénique : biopsie et corticoïdes sont-ils constamment utiles ? - 04/06/10

Doi : 10.1016/j.rmr.2010.03.016 
B. Godbert a, , C. Clement-Duchêne a, D. Regent b, Y. Martinet a
a Service de pneumologie, hôpitaux de Brabois, CHU de Nancy, rue du Morvan, 54511 Vandoeuvre-lès-Nancy cedex, France 
b Service de radiologie, hôpitaux de Brabois, CHU de Nancy, rue du Morvan, 54511 Vandoeuvre-lès-Nancy cedex France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Une biopsie pulmonaire est recommandée pour affirmer le diagnostic de pneumopathie organisée cryptogénique (POC). Cependant, le contexte particulier de la coexistence d’un tableau clinique évocateur, d’un signe du « halo inversé » et de foyers migrateurs de condensation alvéolaire au scanner, est extrêmement évocateur. Les corticoïdes sont recommandés mais les rechutes et les complications de ce traitement sont fréquentes, alors que la POC est le plus souvent bénigne et d’évolution favorable et identique, avec ou sans traitement.

Observation

Une patiente présentant une POC, dont le diagnostic a été posé selon les règles clinicoradiologiques que nous proposons, est suivie dans notre service. Le traitement corticoïde a permis une spectaculaire évolution clinicoradiologique, mais le traitement c’est rapidement compliqué. Depuis, la patiente refuse tout traitement. Après 2,5 ans de suivi, il existe une rechute radiologique mais la patiente reste asymptomatique.

Conclusion

Nous soumettons l’idée selon laquelle l’utilité d’une biopsie pulmonaire et des corticoïdes peut être discutée dans le contexte bien particulier d’un tableau clinique compatible et peu symptomatique, et de la coexistence d’un signe du « halo inversé » et de foyers migrateurs de condensation alvéolaire. En dehors de ce contexte précis, la biopsie pour confirmer le diagnostic de la grande majorité des POC reste indispensable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Diagnostic guidelines recommend a lung biopsy to make the diagnosis of cryptogenic organizing pneumonia (COP). However, in some cases, in the presence of a typical clinical picture, the diagnosis can be made without histological proof: the combination of a “reversed halo sign” and migratory areas of patchy alveolar consolidation on the CT-scan is strongly suggestive. Steroids are the recommended treatment, but relapses and complications of steroids occur frequently whereas the morbidity of COP is usually low and the evolution is often the same with or without treatment.

Case report

We report the case of a 51 year old woman with mild COP. The diagnosis was made according to the clinico-radiological criteria that we propose, without any formal histological proof. Treatment consisted of a short course of steroids, which led to spectacular clinical and radiological improvement but was withdrawn due to poor tolerance. The patient refused further treatment but clinical progress was favourable. After a follow-up period of 2.5 years a CT-scan showed evidence of a radiological relapse but the patient remained asymptomatic.

Conclusion

In this article, we do not attempt to prove that lung biopsy and steroid treatment are unnecessary in the management of COP, but we would like to propose that, in some situations with the coexistence of a “reversed halo sign” and migratory areas of patchy consolidation on the CT-scan, in the context of a typical clinical presentation and mild symptoms, the usefulness of lung biopsy and steroid treatment is debatable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pneumopathie organisée cryptogénique, Biopsie, Diagnostic, Stéroïdes, Récidive

Keywords : Cryptogenic organizing pneumonia, Biopsy, Diagnosis, Steroids, Relapse


Plan


© 2010  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 5

P. 509-514 - mai 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome de détresse respiratoire aiguë secondaire à une infection à Toxocara cati
  • J.-M. Tadié, A. Chaudeurge, N. Lerolle, J. Audibert, A. Novara, J.-Y. Fagon, E. Guérot
| Article suivant Article suivant
  • Rate pseudotumorale révélatrice de sarcoïdose
  • A. Schwartz, N. Paleiron, M.-L. Quinquenel, T. Peycru, A. Rault, J.-P. Dufau, F. Durand-Dastes

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.