Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Atteintes pleurales non tuberculeuses versus atteintes pleurales tuberculeuses - 22/03/12

Doi : 10.1016/j.rmr.2011.08.006 
K. Horo , A. N’Gom, B. Ahui, C. Brou-Gode, J.-C. Anon, A. Diaw, P. Bemba, K. Foutoupouo, H. Djè Bi, P. Ouattara, B. Kouassi, N. Koffi, E. Aka-Danguy
UFR des sciences médicales de l’université de Cocody, service de pneumologie, CHU de Cocody, BP 582, Abidjan cedex 03, Côte d’Ivoire 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Dans les pays d’endémicité tuberculeuse, le premier diagnostic différentiel d’une atteinte pleurale infectieuse à germes banales est la tuberculose pleurale.

Objectif

Le but de notre étude était de déterminer les différences entre l’atteinte pleurale à germes banals et l’atteinte pleurale tuberculeuse.

Méthodologie

Notre étude a été une analyse rétrospective et comparative entre les atteintes pleurales non tuberculeuses d’allure bactérienne (APNTB) et les atteintes pleurales tuberculeuses (APT).

Résultats

Au cours des APNTB, les signes évoluaient depuis 2,4±1,4 semaines versus 5,6±2,2 semaines au cours des APT (p=0,01). En analyse multivariée en cas d’APNTB, le début des signes était plus brutal (OR=3,8 [1,5 ; 9,9] ; p=0,01), l’asthénie était moins fréquente (OR=0,3 [0,1 ; 0,9] ; p=0,03), le liquide pleural était plus purulent à la macroscopie (OR=40,0 [15,0 ; 106,7] ; p<0,01). L’hyperleucocytose sanguine à polynucléaire neutrophile était plus fréquente en cas d’APNTB (OR=2,5 [1,2 ; 5,4] ; p=0,02). Le pneumothorax/hydropneumothorax était moins fréquent au cours des APNTB (OR=0,3 [0,1 ; 1,0] ; p=0,04).

Conclusion

Des différences cliniques et paracliniques entre les APT et les APNTB existent. Cependant, elles sont peu discriminantes. La recherche du bacille tuberculeux doit être systématique en attendant la mise en place des nouveaux tests diagnostiques de la tuberculose.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

In countries where tuberculosis is endemic, the main differential diagnosis for pleural infection by common bacteria is pleural tuberculosis.

Objective

The purpose of our study was to determine the differences between pleural infection by common bacteria and that caused by pleural tuberculosis.

Methodology

Our study was a retrospective analysis and compared the characteristics of confirmed pleural infection by common bacteria (PIB) and that due to pleural tuberculosis (PT).

Results

For the PIB, the signs evolved for 2.4±1.4 weeks versus 5.6±2.2 weeks for the PT (P=0.01). In multivariate analysis, for PIB the onset of symptoms was more abrupt (OR=3.8 [1.5; 9.9]; P=0.01), asthenia was less frequent (OR=0.3 [0.1; 0.9]; P=0.03), pleural liquid was more purulent (OR=40.0 [15.0; 106.7]; P<0.01). The blood neutrophil count was more frequently raised in cases of PIB (OR=2.5 [1.2; 5.4]; P=0.02). Pneumothorax/hydropneumothorax was less frequent in PIB (OR=0.3 [0.1; 1.0]; P=0.04).

Conclusion

Clinical differences exist between pleural effusions caused by tuberculosis (TB) and those due to other bacterial infections. However, they are not sufficiently sensitive and therefore the search for the tuberculous bacillus must be systematic while waiting for implementation of new diagnostic tests for the organism.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Plèvre, Infections, Tuberculose, Côte d’Ivoire

Keywords : Pleural infection, Tuberculosis, Ivory Coast


Plan


© 2012  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 3

P. 404-411 - mars 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Manifestations cliniques liées à la fumée de cuisine chez les femmes en milieu africain
  • B. Kouassi, K. Horo, B. Ahui, C. Godé, L. N’Guessan, J.-C. Anon, N. Koffi, A. Ngom, E. Aka-Danguy, M.O. Koffi, I.H. Djè Bi, A. Ano
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs prédictifs des récidives de tuberculose pulmonaire en Tunisie : une étude rétrospective
  • H. Racil, J. Ben Amar, M. Mami, A. Chabbou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.