Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Syndrome d’intolérance aux odeurs chimiques (SIOC) : un diagnostic à ne pas manquer. Épidémiologie, diagnostic, traitement - 18/02/13

Doi : 10.1016/j.rmr.2012.06.016 
D. Dupas a, , M.-A. Dagorne b
a Consultation de pathologie professionnelle et environnementale, CHU Hôtel Dieu, immeuble Le Tourville, 44093 Nantes cedex 1, France 
b ACMS, 92158 Suresnes cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le syndrome d’intolérance aux odeurs chimiques (SIOC, MCS) est un ensemble de symptômes subjectifs variés, touchant plusieurs organes chez le même individu (brûlures buccales et pharyngées, dyspnée, asthénie, céphalées, difficulté de concentration…), qui se reproduisent à chaque exposition, surviennent pour des concentrations très faibles des substances incriminées, et qui n’entrent dans le cadre d’aucune affection organique connue. C’est l’une des facettes de l’intolérance environnementale idiopathique (IEI), l’autre étant l’intolérance aux champs électromagnétiques. Le point commun des produits responsables est leur odeur caractérisée : peintures, solvants, insecticides, détergents, eau de Javel, sprays, parfums, cosmétiques, plastique neuf… Tous les examens complémentaires sont normaux. Un auto-questionnaire standardisé (Quick Environmental Exposure and Sensitivity Inventory [QEESI©]) permet de confirmer le diagnostic et de quantifier la gravité du syndrome. Aucun traitement n’a fait la preuve de son efficacité ; une psychothérapie peut dans certains cas améliorer la qualité de vie. Il est important pour le praticien consulté (souvent un allergologue ou un pneumologue) de savoir poser le diagnostic et d’évaluer le retentissement social et professionnel qui peut devenir majeur du fait de l’impossibilité d’utiliser des substances odorantes et de séjourner ou de travailler auprès de personnes parfumées ou dans des locaux neufs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Multiple chemical sensitivity (MCS) is a chronic condition, which belongs to the group of medically unexplained syndromes. Patients (men as well as women) complain of many subjective symptoms such as nose and mouth irritation, sore throat, dyspnea, tiredness, dizziness, headache and concentration difficulties. Patient typically report at least four or five symptoms occurring when they are exposed to particular substances, at a very low concentration that usually does not cause symptoms or harm in normal individuals. The common feature of products that appear to be responsible (either occupational or domestic) is that they have a strong smell and include: solvent, paint, glue, tar, oil, pesticides, perfume, cosmetics and spray products. MCS is nowadays considered to be one aspect of idiopathic environmental intolerance (IEI) whose other main aspect is hypersensitivity to electromagnetic fields. If the diagnosis is suspected clinically it can be confirmed using the Quick Environmental Exposure and Sensitivity Inventory (QEESI©) self-questionnaire. MCS is often misdiagnosed as asthma or an allergic conditions which means that patients are frequently referred to respiratory and allergy specialists. Misdiagnosis can lead to many futile medical investigations. Psychotherapy can improve quality of life in some cases. Preventive measures are often ineffective and do not stop the condition worsening: hypersensitivity can spread to common environmental odors so that a few people become severely disabled and limited in their workplace as well as in private life. In France, 435 cases were registered in the university hospital occupational disease departments network (RNV3P) during the period 2007–2010. It is therefore important that every clinician be able to recognize the condition and ensure that their patients could get compensation when unable to go on working.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Sensibilité chimique multiple, Intolérance environnementale idiopathique, Multiple chemical sensitivity, MCS

Keywords : Occupational diseases, Idiopathic environmental intolerance, Multiple chemical sensitivity


Plan


© 2012  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2

P. 99-104 - février 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Soins de support en oncologie thoracique : une nouvelle série de la Revue
  • C. Chouaid
| Article suivant Article suivant
  • La chimio-radiothérapie néoadjuvante dans le cancer bronchique de stade III
  • P. Bonnette

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.