Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Chirurgie des cancers bronchopulmonaires après traitement d’un premier cancer - 07/06/13

Doi : 10.1016/j.rmr.2013.01.005 
P. Mordant a, P.-B. Pages a, C. Foucault a, A. Badia a, E. Fabre a, A. Dujon b, F. Le Pimpec Barthes a, M. Riquet a,
a Service de chirurgie thoracique, hôpital européen Georges-Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 
b Service de chirurgie thoracique, centre chirurgical du Cèdre, 950, rue de la Haie, 76230 Bois Guillaume, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La survie prolongée associée à certains cancers, comme les progrès dans leur surveillance, permettent régulièrement de découvrir un cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) opérable chez des patients présentant des antécédents de cancer. Nous avons cherché à étudier le devenir de ces patients.

Méthode

Les dossiers des patients opérés de CPNPC de janvier 1980 à décembre 2009 ont été revus. Nous avons précisé pour chaque patient l’existence d’un ou de plusieurs antécédent de cancer et les avons classés en cinq groupes : cancer ORL ; cancer bronchique ; hémopathie maligne ; autres organes ; plus de deux cancers.

Résultats

La population globale comportait 5846 patients, dont 1243 patients avec un antécédent de cancer (21 %) et 383 cancers synchrones (31 %). La population avec un antécédent de cancer était composée de plus de femmes, plus âgées, avec plus d’adénocarcinomes, des stades moins avancés, moins de pneumonectomies mais plus de morbi-mortalité postopératoire. La survie globale des patients avec antécédent de cancer était significativement moins bonne que celle des patients sans antécédent de cancer (médiane, cinq et dix ans : 33 mois, 34,3 %, 17,8 % versus 47 mois, 44,6 %, 28,8 %).

Conclusion

Les résultats de la chirurgie du cancer du poumon sont moins bons chez les patients ayant un antécédent de cancer, mais seule l’exérèse chirurgicale permet d’observer des taux des survies élevés à cinq ans.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The increase in the number of cancer survivors, together with the improvement of their follow-up, lead to the frequent diagnosis of resectable non-small cell lung cancer (NSCLC) in patients with history of previous malignancy. We sought to analyse the outcomes of these patients.

Methods

Patients undergoing surgical resection for NSCLC between January 1980 and December 2009 were retrospectively reviewed. For each patient, the presence of previous malignancy was noted, and classified into five groups: oro-pharyngeal cancer, lung cancer, haematopoietic malignancy, other organ malignancy, and more than two cancers.

Results

The overall population included 5846 patients. Among them, 1243 (21%) had a history of previous malignancy, of whom 383 (31%) presented with synchronous cancer. Patients with history of previous malignancy were more often female, older, with more adenocarcinomas, more limited disease, less pneumonectomies, but higher postoperative morbidity and mortality. Overall survival was worse in patients with a history of previous malignancy than in patients without (median, 5 and 10year: 33months, 34.3%, 17.8% versus 47months, 44.6%, 28.8%).

Conclusion

A history of previous malignancy impacted significantly the prognosis of patients operated on for limited NSCLC. However, only surgical resection led to improved long-term survival at 5years.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer bronchopulmonaire, Antécédents de cancer, Chirurgie thoracique

Keywords : Lung cancer, Past history of cancer, Thoracic surgery


Plan


© 2013  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 5

P. 357-366 - mai 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Faisabilité de la recherche de mutations EGFR et KRAS sur des prélèvements obtenus par EBUS-PTBA
  • S. Boulanger, C. Delattre, C. Descarpentries, F. Escande, B. Bouchindhomme, M.-C. Copin, X. Dhalluin, A. Scherpereel, P.-P. Ramon, A. Cortot, C. Fournier
| Article suivant Article suivant
  • Comportement des étudiants en médecine de Casablanca vis-à-vis du tabac en 2010
  • N. Zaghba, N. Yassine, Z. Sghier, L. Hayat, K. Elfadi, I. Rahibi, S. Hilali, A. Ech-cherrate, F. Mounaji, H. Benjelloun, A. Bakhatar, M. Bennani Othmani, A. Bahlaoui

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.