Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Signification physiologique et interprétation clinique de la lactatémie et du pH au cours de l’EFX incrémentale - 08/07/14

Doi : 10.1016/j.rmr.2014.04.002 
F. Péronnet a, , B. Aguilaniu b, c
a Département de kinésiologie, université de Montréal, CP 6128, centre-ville, Montréal, QC, H3C 3J7, Canada 
b Faculté de médecine, université Joseph-Fourrier, domaine de La-Merci, avenue des Maquis-de-Grésivaudan, 38706 La Tronche cedex, France 
c Department of Kinesiology and Physical Education, McGill University, Montréal, Canada 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 27
Iconographies 16
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Selon un modèle largement accepté, basé sur la théorie du seuil anaérobie (SA), l’augmentation de la lactatémie est due à la compensation de l’insuffisance aérobie qui se développe après le premier seuil ventilatoire (SV1, considéré comme un SA), par la mise en jeu du métabolisme anaérobie glycolytique, l’acide lactique qui s’accumule abaissant le pH. Le bicarbonate contribue pour plus de 90 % au tamponnement des protons en produisant du CO2 non métabolique dans le muscle, ce qui augmente le flux de CO2 vers les poumons et contribue, avec la baisse du pH, au déclenchement de l’hyperventilation. Ce modèle a conduit à apporter un intérêt considérable à la lactatémie et au pH. Cet intérêt est excessif et ces variables devraient être utilisées prudemment dans l’interprétation de l’exploration fonctionnelle d’exercice (EFX) car le modèle basé sur le SA n’est pas valide : il n’y a pas d’insuffisance aérobie au-delà du SV1 et il n’y a donc pas d’évidence d’un SA ; l’augmentation de la lactatémie n’est pas un signe d’anaérobiose mais elle est le marqueur de l’augmentation du signal d’erreur nécessaire pour faire respirer la mitochondrie ; le bicarbonate n’est pas le principal tampon au cours de l’EFX (ce sont les protéines et la dégradation de la phosphocréatine dans le muscle ; l’hémoglobine dans le sang) ; le CO2 non métabolique n’est pas produit dans le muscle mais le poumon par la baisse du pH et l’hyperventilation (dont le contrôle reste très obscur) ; et le flux de CO2 vers les poumons n’augmente pas plus vite après qu’avant le SV1.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

According to a widely accepted model, based on the theory of the anaerobic threshold (AT), the increase in plasma lactate concentration which develops after the first ventilatory threshold (VT1, considered as an AT) is due to compensation for insufficient aerobic metabolism by anaerobic glycolysis, with accumulation of lactic acid resulting in a decrease in pH. Bicarbonate is the main buffer of protons (>90%) producing non-metabolic CO2 in muscle and thus increasing the CO2 flux to the lungs. This phenomenon, along with the low pH, triggers hyperventilation. Because of this model, great importance has been placed on plasma lactate and pH. We argue that this importance is excessive and these variables should be used with caution in the interpretation of clinical exercise testing, because the model based on AT is not valid: there is no aerobic failure above VT1 and, thus, there is no evidence of an AT; the increase in plasma lactate does not reflect anaerobiosis but is the marker of the increase in the error signal needed for the stimulation of mitochondrial respiration; bicarbonate is not the main buffer during exercise (these are proteins and phosphocreatine breakdown in the muscle; hemoglobin in the blood); non-metabolic CO2 is not produced in the muscle but in the lung because of the low pH and hyperventilation (the control of which remains unknown); and the flux of CO2 to the lung does not increase at faster rate after than before VT1.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Exercice, Lactate, pH, Seuil ventilatoire, Anaérobie

Keywords : Exercise, Lactate, pH, Ventilatory threshold, Anaerobic


Plan


© 2014  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 6

P. 525-551 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Chirurgie et tuberculose multi/ultrarésistante : une revue de la littérature réhabilite une intervention adjuvante à l’antibiothérapie chez des patients sélectionnés
  • P. Mordant, B. Henry, S. Morel, J. Robert, N. Veziris, D. Le Dû, M. Frechet-Jachym, T. Similowski, É. Caumes, M. Riquet, F. Le Pimpec-Barthes
| Article suivant Article suivant
  • La kinésithérapie respiratoire du poumon profond. Bases mécaniques d’un nouveau paradigme
  • G. Postiaux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.