revues des maladies respiratoires - Organe officiel de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF)

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner à cette revue, consultez nos tarifs

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    4 1 0 0


Revue des Maladies Respiratoires Actualités
Volume 7, numéro 2
pages 180-183 (mai 2015)
Doi : 10.1016/S1877-1203(15)30048-3
Asthme et intolérance à l’aspirine
Aspirin induced asthma
 

Article rédigé par S. Clerc

* Auteur correspondant
d’après la communication de P. Bonniaud
a Service de service Pneumologie Soins Intensifs, Appareillage et Troubles du Sommeil, CHU de Dijon, 4, rue Paul Gaffarel, 21079 Dijon, France 

Résumé

L’asthme induit par l’aspirine (AIA) touche jusqu’à 15 % des asthmatiques adultes avec des crises plus sévères. Ce phénotype résulte d’un déséquilibre entre les prostaglandines E2 (PGE2) bronchodilatatrices et les prostaglandines D2 (PGD2) bronchoconstrictrices avec une inhibition de la cyclo-oxygénase-1 (COX-1) et une synthèse importante de leucotriènes. Le diagnostic est clinique et repose sur la triade de Widal : l’identification de réactions d’intolérance à l’aspirine, l’existence fréquente d’une atteinte naso-sinusienne et un asthme de contrôle difficile. En cas de doute diagnostique, un test de provocation orale avec des doses croissantes d’aspirine peut être réalisé en milieu spécialisé à proximité d’une unité de soins intensifs. Il n’existe pas de tests biologiques utilisables en pratique courante. Les médicaments les plus impliqués dans l’AIA sont l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). On peut retrouver de rares réactions d’intolérance au paracétamol mais de sévérité moindre. L’innocuité des coxibs chez les intolérants à l’aspirine a été testée par des essais cliniques concluants mais plusieurs cas cliniques rapportent des réactions depuis leur mise sur le marché. Le traitement symptomatique repose sur un bon contrôle de l’asthme associé à une prise en charge de l’atteinte naso-sinusienne. L’éviction médicamenteuse est indispensable. Les traitements spécifiques font intervenir les anti-leucotriènes avec une efficacité variable selon les patients et les anti-IgE même s’ils n’ont pas été évalués dans cette indication. La désensibilisation est intéressante pour permettre la prise d’aspirine chez certains patients le nécessitant. Elle pourrait permettre, mais cela reste à évaluer, un meilleur contrôle de l’asthme sévère.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
Abstract

15% of the adult asthmatic population has aspirin induced asthma (AIA). Their exacerbations are severe and sometimes fatal. AIA results from an imbalance of prostaglandins PGD2 (bronchoconstriction) and PGE2 (bronchodilatator), with an inhibition of COX-1, leading to an increased synthesis of leucotrienes. The clinical diagnosis is based on Widal’s triad: aspirin intolerance reactions, nasal and sinus symptoms (polyposis, chronic nasal obstruction) and poorly controlled asthma. In case of diagnostic uncertainty, an oral provocation test with increasing doses of aspirin can be undertaken near an intensive care unit. There is no biological test available in clinical practice. The drugs mainly involved in AIA are aspirin and NSAI. Occasionally reactions occur to paracetamol but they are less severe. No allergic reactions were found when coxibs were tested in clinical trials in aspirin intolerant subjects but some recent case reports describe asthma and allergic reactions with these medications. Symptomatic treatment of AIA is based on effective asthma control with managemnet of the nasal/sinus involvement and avoidance of aspirin and NSAI. Specific treatment involves anti-leucotrienes in spite of varying effectiveness. Anti-IgE agents are often used even though they have not been evaluated for this indication. Aspirin desensitization can be tried for certain patients but this needs to be evaluated.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

MOTS CLÉS : Asthme induit par l’aspirine, Syndrome de Widal, Leucotriènes, Induction de tolérance

Keywords : Aspirin induced asthma, Widal Syndrome, Leucotriens, Aspirin desensitization




© 2015  Elsevier Inc. Tous droits réservés.
Accédez directement à un numéro :
  • Résumés du 16ème Congrès de Pneumologie de Langue Française
  • Recommandations pour la pratique clinique du SAHOS de l’adulte (Texte long)
  • Mission ATS 2011 : Les thèmes forts du Congrès américain





Article

1 iconographie
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Quel est votre diagnostic ?
Voir la réponse
Opération sous l'égide de la SPLF
La revue RMR est également disponible sur iPhone et iPad grâce à l'application EM-revues. Voir l'application
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article