revues des maladies respiratoires - Organe officiel de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF)

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner à cette revue, consultez nos tarifs

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    2 0 0 0


Revue des Maladies Respiratoires Actualités
Volume 12, numéro 1
pages 16-17 (janvier 2020)
Doi : 10.1016/j.rmra.2019.11.021
Communications orales

Caractéristiques et pronostic des malades avec prélèvements respiratoires positifs pour mycobactéries non tuberculeuses (MNT)–étude de cohorte rétrospective de 171 cas consécutifs
 

L. Deneuville 1, , C. Verdet 2, P. Lévy 3, A. Parrot 1, J.M. Naccache 1, G. Pialoux 4, N. Veziris 2, J. Cadranel 1
1 Service de pneumologie, centre constitutif maladies pulmonaires rares, AP–HP, hôpital Tenon, Sorbonne université, Paris, France 
2 Département de bactériologie, hôpitaux universitaires de l’Est Parisien centre national de référence des mycobactéries, centre d’immunologie et des maladies infectieuses, Sorbonne université, Paris, France 
3 Département de santé publique et unité de neurophysiologie clinique, hôpital Tenon, AP–HP, Sorbonne université, Inserm UMR S 1136 (EPAR team), Paris, France 
4 Service de maladies infectieuses, AP–HP, hôpital Tenon, Sorbonne université, Paris, France 

Auteur correspondant.
Résumé
Introduction

L’isolement de MNT dans les sécrétions respiratoires n’est pas toujours associé à une infection. Le diagnostic d’infection à MNT selon les critères 2007 de l’American Thoracic Society (ATS) ne conduit pas nécessairement à la mise en place d’un traitement dont l’impact pronostique est incertain. L’objectif de l’étude est de décrire et comparer les caractéristiques et la survie d’une cohorte de patients ayant au moins un prélèvement respiratoire positif à MNT (MNT+).

Méthodes

Cette étude rétrospective a inclus tous les patients MNT+ identifiés dans un Hôpital Universitaire Parisien entre 01/2012 et 06/2016. Les patients ayant un antécédent de VIH et de mucoviscidose ont été exclus. La médiane de suivi était de 31 mois. Les patients ont été classés en 3 catégories : infectés (IF), indéterminés (ID) ou colonisés (CO) en tenant compte des critères ATS.

Résultats

Cent soixante et onze patients MNT+ ont été inclus et répartis en : 75 IF (44 %), 41 ID (24 %) et 55 CO (32 %). Il n’y avait pas de différence selon l’âge, le sex-ratio, le tabagisme, les comorbidités, la présence d’une coinfection bactérienne ou aspergillaire et la fréquence des symptômes respiratoires et généraux entre les 3 groupes. L’IMC était inférieur chez les IF (IF : 20, ID : 24, C0 : 23, p =0,0002). La positivité de l’examen direct (IF : 51 %, ID : 7 %, CO : 0 %, p <0,0001), la présence de lésions cavitaires (IF : 43 %, ID : 7 %, CO : 9 %, p <0,0001) et la proportion de M. avium complex étaient plus importants chez les IF. Sur les 69 IF (92 %) pour lesquels cette information était connue, 40 (58 %) ont été traités pendant 13,5 mois (0–26) ; la raison principale de non traitement était la stabilité radiologique (43 %). Les patients traités étaient plus jeunes (61 vs 67 ans, p =0,048), plus souvent fumeurs (70 vs 35 %, p =0,001), de présentation fibro-cavitaire (60 vs 34 %, p =0,01) et avec un examen direct positif (68 vs 31 %, p =0,01). Quarante-cinq pour cent des patients traités ont eu des effets secondaires et 31 % ont interrompu le traitement pour toxicité. La survie globale n’était pas différente entre les 3 groupes.

Conclusion

Dans notre étude, 44 % des patients avec MNT+ sont classés comme des infections et 24 % restent avec une incertitude diagnostique du fait d’un TDM non compatible ou d’un autre diagnostic associé. Les infections se caractérisent par un IMC plus bas et avec plus souvent un aspect TDM cavitaire et des examens directs positifs. Ces caractéristiques semblent également associées à la mise en route d’un traitement, avec dans 1/3 des cas un arrêt pour toxicité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Accédez directement à un numéro :
  • Résumés du 16ème Congrès de Pneumologie de Langue Française
  • Recommandations pour la pratique clinique du SAHOS de l’adulte (Texte long)
  • Mission ATS 2011 : Les thèmes forts du Congrès américain





Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.