revues des maladies respiratoires - Organe officiel de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF)

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner à cette revue, consultez nos tarifs



Revue des Maladies Respiratoires Actualités
Volume 12, numéro 1
page 57 (janvier 2020)
Doi : 10.1016/j.rmra.2019.11.101
Affiches discussion

Évaluation de la fonction ventilatoire après thoracotomie : à propos de 47 cas
 

S. Kone 1, , K. Thiam 2, S. Diatta 2, N. Toure 2
1 Centre de pneumologie Henri-Bazire, La Sure En Chartreuse, France 
2 CHNU, Fann, Dakar, Sénégal 

Auteur correspondant.
Résumé
Introduction

Les indications de la spirométrie sont nombreuses. Elle permet, entre autres, l’évaluation préopératoire de la fonction ventilatoire de patients programmés pour une chirurgie thoracique notamment une thoracotomie. L’objectif général de notre travail était d’évaluer la fonction ventilatoire après thoracotomie.

Méthodes

Étude prospective, descriptive et analytique réalisée sur deux ans portant sur 47 patients ayant bénéficié d’une thoracotomie.

Résultats

L’âge moyen de nos patients était de 36,8 (±13,6) ans. Le sex-ratio était de 2,13. La tuberculose pulmonaire était l’antécédent le plus retrouvé dans 66 % des cas. Les principaux symptômes retrouvés étaient l’expectoration (66 %) et l’hémoptysie (63,8 %). L’examen pleuropulmonaire mettait en évidence un syndrome de condensation pulmonaire dans 70,2 %. Vingt-neuf patients (61,7 %) avaient bénéficié d’une sérologie aspergillaire avec un taux de positivité à 37,27 %. À l’imagerie thoracique, les lésions étaient unilatérales droites dans 51,1 % des cas et gauches dans 48,9 % des cas. Elles étaient diffuses dans 38 % des cas. Le geste le plus pratiqué était la pneumonectomie dans 42,6 %. La voie d’abord de la thoracotomie était postéro-latérale chez 87,2 %. La spirométrie mettait en évidence un syndrome restrictif sévère en postopératoire précoce plus marqué dans les pneumonectomies. Cette restriction était compensée au bout de 3 à 6 mois et cela en fonction du volume réséqué. La durée moyenne d’hospitalisation était de 11,11(±4,76) jours.

Conclusion

La thoracotomie permet d’améliorer les séquelles pleuropulmonaires invalidants. Elle est responsable d’un syndrome restrictif sévère en postopératoire précoce. La compensation à long terme est possible et est fonction du geste effectué.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Accédez directement à un numéro :
  • Résumés du 16ème Congrès de Pneumologie de Langue Française
  • Recommandations pour la pratique clinique du SAHOS de l’adulte (Texte long)
  • Mission ATS 2011 : Les thèmes forts du Congrès américain





Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.