revues des maladies respiratoires - Organe officiel de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF)

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner à cette revue, consultez nos tarifs

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    2 0 0 0


Revue des Maladies Respiratoires Actualités
Volume 12, numéro 1
pages 8-9 (janvier 2020)
Doi : 10.1016/j.rmra.2019.11.008
Communications orales

Cohorte OSIMERTINIB-IDF : mécanismes histo-moléculaires de résistance à l’osimertinib dans le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) muté EGFR de stade avancé
 

C. Mehlman 1, J. Cadranel 2, G. Rousseau-Bussac 3, R. Lacave 2, A. Pujals 4, N. Girard 5, I. Bieche 5, V. Gounant 6, N. Theou-Anton 6, S. Friard 7, J. Tredaniel 8, H. Blons 9, C. Dujon 10, B. Ducheman 11, P.O. Schischmanoff 11, T. Chinet 1, E. Giroux Leprieur 1,
1 AP–HP, hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, France 
2 AP–HP, hôpital Tenon, Paris, France 
3 CHI de Créteil, Créteil, France 
4 AP–HP, hôpital Henri-Mondor, Créteil, France 
5 Institut Curie, Paris, France 
6 AP–HP, hôpital Bichat, Paris, France 
7 Hôpital Foch, Suresnes, France 
8 Hôpital Saint-Joseph, Paris, France 
9 AP–HP, hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France 
10 Hôpital Mignot, Versailles, France 
11 AP–HP, hôpital Avicenne, Bobigny, France 

Auteur correspondant.
Résumé
Introduction

L’osimertinib est un inhibiteur de tyrosine kinase (ITK) qui a montré sa supériorité par rapport aux autres ITK dans le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) muté EGFR de stade avancé. La compréhension des mécanismes de résistance à l’osimertinib est nécessaire afin d’optimiser la prise en charge de ces patients lors de la progression.

Méthodes

Nous avons recueilli les données histo-moléculaires de tous les patients traités par osimertinib de 9 hôpitaux universitaires en Île-de-France entre 2015 et 2018, à partir des prélèvements plasmatiques et tumoraux réalisés lors de la progression. Tous les échantillons avaient été analysés par Next Generation Sequencing. Le taux de réponse objective (TRO), la survie globale (SG), la survie sans progression (SSP) et la durée sous traitement jusqu’à arrêt (TTD) ont aussi été recueillis.

Résultats

Deux cent vingt-six patients ont été inclus (2e ligne et plus : 219 [97 %]). Il s’agissait dans la plupart des cas d’un adénocarcinome (n =218, 95 %) avec une délétion de l’exon 19 du gène EGFR (n =134, 59 %). Cent vingt et un patients (53 %) avaient une atteinte secondaire du système nerveux central (SNC) à l’introduction de l’osimertinib. La durée médiane de suivi était de 11,6 mois (IQR : 4,6–18,2). Le TRO était de 52 % et le TRO pour le SNC était de 56 %. La SSP et la SG médiane étaient de 9,5 mois (IQR : 4,0–17,2) et de 24 mois (IQR [12,4–Non Atteinte (NA)]). Le TTD était de 12,7 mois (IQR : 5,1–24). À la date de recueil, 150 patients (66 %) avaient progressé dont 73 prélèvements contributifs (56 biopsies) ont été analysés. Les altérations histo-moléculaires les plus fréquentes étaient la mutation C797S (n =9 [13 %]) et l’amplification de MET (n =8 [11 %]). Une transformation histologique était retrouvée chez 5 patients (9 % des biopsies). La perte de la T790M était retrouvée dans 68 % des cas. La SSP et la SG après progression étaient de 6,0 mois (IQR : 2,0–10,4) et 15,1 mois (IQR : 6,7–NA) respectivement, et plus longues en cas de poursuite de l’osimertinib après progression par rapport à l’introduction d’un nouveau traitement systémique : 10,4 mois (IQR : 8,7–20,6) et 22,6 mois (IQR : 9,9–NR) versus 3,2 mois (IQR : 1,3–5,4) et 10,2 mois (IQR : 3,8–18,1) (p <0,0001 et p =0,002 respectivement).

Conclusion

Ce travail « en vie réelle » confirme l’efficacité de l’osimertinib dans le CBNPC muté EGFR de stade avancé. Les altérations les plus fréquentes retrouvées à la progression étaient l’amplification de MET et la mutation C797S.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Accédez directement à un numéro :
  • Résumés du 16ème Congrès de Pneumologie de Langue Française
  • Recommandations pour la pratique clinique du SAHOS de l’adulte (Texte long)
  • Mission ATS 2011 : Les thèmes forts du Congrès américain





Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.