Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Cancer de l'œsophage - 08/05/17

[4-0458]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(17)53027-6 
L. Bedenne a, , G. Lledo b, C. Mariette c
a Service d'hépato-gastro-entérologie, CHU François-Mitterrand, 14, rue Paul-Gaffarel, 21000 Dijon, France 
b Service de gastroentérologie, Hôpital privé Jean-Mermoz, 55, avenue Jean-Mermoz, 75008 Lyon, France 
c Département de chirurgie digestive et générale, CHRU Claude-Huriez, 1, place de Verdun, 59037 Lille cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

En France, en 2011, le cancer de l'œsophage (deux tiers d'épidermoïdes) a touché 3100 hommes et 1100 femmes. Annoncé par une dysphagie, il est confirmé par une endoscopie avec biopsies et, en dehors des cas relevant manifestement d'un traitement palliatif, il requiert un bilan associant, pour la tumeur, une échoendoscopie, un scanner et une tomographie par émission de positons-scanner (TEP-scanner) ; et, pour le terrain, un examen oto-rhino-laryngologique, une bronchoscopie et un bilan nutritionnel. Pour les cancers superficiels, l'endoscopie avec colorations électroniques est recommandée. Un traitement endoscopique est possible si la tumeur envahit jusqu'à la muqueuse (épidermoïdes) ou la sous-muqueuse superficielle (adénocarcinomes). Dans les tumeurs plus évoluées sans adénopathies (T1-T2 N0), la chirurgie seule est recommandée. Pour les tumeurs envahissant au-delà de la paroi (T3-T4) ou avec adénopathies (N+), une chimiothérapie ou, mieux, une radiochimiothérapie néoadjuvante est nécessaire. Si une réponse complète clinique est observée après radiochimiothérapie (environ 40 %), on peut se contenter de surveiller le patient et de recourir à la chirurgie seulement en cas de récidive locale opérable. En effet, en postopératoire, la mortalité est de 5 % et la morbidité de 30 %. La survie est, pour les deux types histologiques, à cinq ans, globalement 14 % et 30 % après une résection R0.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Cancer de l'œsophage, Épidémiologie, Chirurgie, Radiochimiothérapie, Recommandations


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Diverticules, diaphragmes et corps étrangers œsophagiens
  • A. Pariente
| Article suivant Article suivant
  • Tumeurs bénignes de l'œsophage
  • B. Landi, E. Samaha, L. Palazzo

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.