Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Nutrition entérale et cancer : techniques et indications - 01/01/99

[9-110-A-10]
Claire Guedon : Praticien hospitalier
Service des maladies de l'appareil digestif et de la nutrition, hôpital Charles Nicolle, 76031 Rouen cedex France
Pierre Senesse : Médecin
Bernard Saint-Aubert : Professeur agrégé, chirurgien
Marc Ychou : Médecin
Philippe Rouanet : Professeur agrégé, chirurgien
François Quénet : Chirurgien
Claire Lemanski : Chef de clinique
Jean Bernard Dubois : Professeur agrégé, radiothérapeute
Service d'oncologie médicale, centre régional de lutte contre le cancer Val d'Aurelle, 34298 Montpellier cedex 5 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Gastro-entérologie
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

La dénutrition chez le patient cancéreux diminue la qualité de vie, augmente la morbidité et la mortalité. L'objectif théorique d'un soutien nutritionnel est de maintenir un statut nutritionnel correct, d'améliorer la tolérance aux divers traitements (radiochimiothérapie, chirurgie). La nutrition entérale est une technique de choix pour maintenir les patients à domicile. Les indications concernent principalement les patients avec des maladies évoluées dans l'incapacité d'assurer une nutrition orale. L'objectif n'est pas d'augmenter les taux de survie mais d'améliorer la qualité de vie. La décision d'un support nutritionnel doit être prise avec le patient, sa famille et l'équipe médicale. La prise en charge en nutrition entérale est déterminée par les données cliniques (anorexie, dysphagie, perte de poids, traitement...) et par une évaluation nutritionnelle (albuminémie, index de Buzby, évaluation de Detsky). Le choix de la voie d'abord est déterminé principalement en fonction de la durée de la nutrition (sonde nasogastrique pour des nutritions de courte durée, gastrostomie percutanée ou jéjunostomie pour des nutritions de longue durée). L'utilisation de mélanges « polymériques » est en général suffisante pour maintenir ou restaurer un statut nutritionnel normal. Les complications les plus importantes sont le reflux gastro-oesophagien avec inhalation pulmonaire et le « refeeding syndrome ».

Plan



© 1999  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.