Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Analyse de la posture cervicale - 24/07/09

Doi : KINE-07-2009-9-91-1779-0123-101019-200905425 

Patrick Fransoo [1],

Hélène Fournier [2],

Maxime Henon [3]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 7
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction : Nous tentons de répondre à diverses questions ayant trait à la posture cervicale. Y a-t-il une différence de posture de profil chez des sujets sains et cervicalgiques ? Quelle est l’incidence d’un renforcement spécifique sur la posture cervicale ? Quelle est l’influence de la posture cervicale sur l’erreur moyenne de repositionnement ? Une relation existe-t-elle entre une amélioration de la stabilisation lombaire et la posture cervicale ?

Matériel : Un total de 117 sujets sains et 55 cervicalgiques ont participé à 3 expérimentations.

Résultats : Les sujets sains ont en moyenne un angle cranio- cervical de 47,1°, et les cervicalgiques de 44,1°. Les cervicalgiques voient une augmentation significative de l’angle cranio-cervical de 6° en moyenne (p = 0,0004) en faveur d’un meilleur redressement de tête après renforcement spécifiques des muscles stabilisateurs cervicaux.

L’erreur globale moyenne de repositionnement est de 2,5° dans le groupe sain, et de 6,6° dans le groupe cervicalgique. Chez les cervicalgiques, l’erreur moyenne de repositionnement est plus élevée chez les sujets ayant une posture « anormale » pour chacun des mouvements.

Si l’on inclut des exercices de stabilisation lombaire, nous observons une amélioration significative de l’angle cranio-cervical de 9,2°. Le coefficient de corrélation (r = 0,37) montre qu’une relation passable existe entre une faible capacité stabilisatrice du muscle transverse (mesuré à l’aide d’un manomètre de pression) et un angle cranio-cervical plus petit.

Conclusion : Le calcul de l’angle cranio-cervical mesurant la posture cervicale montre que des cervicalgiques ont un port de tête plus en avant. Cette posture peut être améliorée par des exercices de stabilisation cervicale et lombaire.

Niveau de preuve : 3 (étude cas-témoins).

Abstract

Background: We wanted to examine several questions concerning neck posture. Is there a difference in the neck profile in subjects with and without neck pain? What is the effect of specific reinforcement exercises on neck posture? Does neck posture have an effect on the mean repositioning error? Is there a relationship between improved lumbar stability and neck posture?

Methods: This study included 117 healthy subjects and 55 subjects with neck pain who participated in three experimental procedures.

Results: The mean cranio-cervical angle was 47.1° in the healthy subjects and 44.1° in the subjects with neck pain. This angle increased significantly by 6° (p=0.0004) in the later subjects after specific exercises to strengthen the neck muscles.

The mean overall error of positioning was 2.5° in the healthy group and 6.6° in the neck pain group. This mean positioning error was higher in subjects with an “abnormal” neck posture.

If lumbar stabilization exercises are included, there was a significant improvement of the cranio-cervical angle (9.2°). The coefficient of correlation (r=0.37) shows that there is a relationship between weak stabilizing force of the transverse muscle (manometry) and a smaller cranio-cervical angle.

Conclusion: Measuring the neck posture with the cranio-cervical angle shows that neck pain occurs preferentially when the head is held forward. This posture can be improved by exercises to stabilize the cervical and lumbar spine.

Level of evidence: 3 (case-control study).


Mots clés : Cervicalgie , Posture , Évaluation

Keywords: Neck pain , Posture , Assessment


Plan



© 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 9 - N° 91

P. 58-62 - juillet 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La pratique fondée sur les résultats probants en physiothérapie
  • Patricia Anthamatten Buchard
| Article suivant Article suivant
  • Agenda
  • JM Lardry

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.