Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Rage - 01/03/10

[8-065-C-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(10)53781-5 
F. Ribadeau Dumas  : Médecin infectiologue, responsable du Centre antirabique, responsable adjoint du Centre national de référence de la rage, L. Dacheux : Pharmacien, responsable adjoint du Centre national de référence de la rage, M. Goudal : Pédiatre, responsable adjoint du Centre antirabique/Centre national de référence de la rage, H. Bourhy : Vétérinaire, responsable du Centre national de référence de la rage, chef de laboratoire
Institut Pasteur, Centre national de référence de la rage, Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé de référence et de recherche pour la rage, Unité « Dynamique des Lyssavirus et adaptation à l'hôte », 25 rue du Docteur-Roux, 75724 Paris cedex 15, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 20
Iconographies 8
Vidéos 0
Autres 1
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

La rage reste, plus de 120 ans après les premières vaccinations chez l'homme, la maladie infectieuse la plus constamment mortelle avec 55 000 décès annuels dans le monde. Si la rage humaine s'observe dans plus de 90 % des cas dans les zones d'enzootie rabique canine (en premier lieu le sous-continent indien et l'Afrique), il subsiste quelques cas (< 1 % des cas mondiaux) dans des zones pourtant déclarées libres de rage des mammifères non volants. Ces cas sont en grande majorité des cas d'importation ou des cas de rage transmise par les chiroptères (seul réservoir persistant dans ces pays). La rage est une zoonose d'inoculation, à déclaration obligatoire en France. Elle est transmise par la salive lors d'une morsure, d'une griffure ou du léchage (d'une peau lésée ou d'une muqueuse) par un animal infecté par un lyssavirus. Le virus de la rage est neurotrope et migre du point d'inoculation au cerveau en passant par les nerfs périphériques puis le système nerveux central. Il réalise alors un tableau d'encéphalite spastique ou de paralysie ascendante souvent marqué par une hydrophobie et évoluant constamment vers le coma puis la mort en quelques jours. En France, en cas de suspicion de rage chez un patient, les prélèvements doivent obligatoirement être adressés au Centre national de référence de la rage. La prise en charge initiale du patient (prophylaxie postexposition) consiste en un lavage abondant à l'eau et au savon suivi d'une antisepsie à l'aide d'un dérivé iodé ou chloré. Ensuite, il est discuté dans un centre antirabique de la nécessité d'une vaccination antirabique associée ou non à une immunothérapie antirabique passive. En 2005, dans le Wisconsin, un premier cas de survie chez une jeune fille non vaccinée mordue par une chauve-souris et ayant déclaré des signes de rage a été observé après un protocole complexe associant induction de coma et antiviraux. L'efficacité de ce protocole n'a pas été validée à ce jour.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lyssavirus, Rage, Encéphalite mortelle, Prophylaxie rabique, Vaccination antirabique, Immunoglobulines antirabiques


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.