Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Histoplasmoses - 10/04/14

[8-607-A-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(14)26087-X 
B. Dupont  : Professeur honoraire
 Service de maladies infectieuses et tropicales, Hôpital Necker, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 23
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les histoplasmoses sont des infections dues à des champignons dimorphiques : Histoplasma (H.) capsulatum variété capsulatum et H. capsulatum variété duboisii. Elles ont une répartition géographique particulière ; les malades contractent leur infection en séjournant en zone d'endémicité. H. capsulatum variété capsulatum est largement répandu dans le monde en zone tropicale et dans l'Est des États-Unis. La primo-infection est pulmonaire, souvent inapparente, parfois patente en cas de forte exposition ou chez des sujets immunodéprimés. Une dissémination peut survenir au décours de la primo-infection ou des années plus tard par réactivation de formes dormantes. De nombreux tissus ou organes peuvent être atteints : poumon, peau, muqueuses, foie, rate, surrénales, moelle osseuse, système nerveux central et cœur. H. capsulatum variété duboisii n'existe qu'en Afrique subsahélienne, y compris Madagascar. Un long séjour en zone endémique est nécessaire pour contracter la maladie. Des localisations viscérales, isolées ou associées, révèlent souvent la maladie : les plus fréquentes sont cutanées, ganglionnaires, pulmonaires ou osseuses. Pour ces deux formes, le diagnostic repose sur la visualisation, dans les lésions, de la forme parasitaire qui est une levure dont la morphologie et la taille sont caractéristiques. La culture est plus facile à obtenir avec H. capsulatum variété capsulatum que pour la variété duboisii. Les sérodiagnostics et la recherche d'antigène sont surtout utiles pour les infections dues à la variété capsulatum. Pour les deux formes, le traitement repose sur l'utilisation d'amphotéricine B ou de dérivés azolés, en particulier l'itraconazole.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Histoplasmose, Histoplasma capsulatum variété capsulatum, Histoplasma capsulatum variété duboisii, Histoplasmose africaine, Mycose tropicale, Mycose exotique, Champignon dimorphique


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Mycétomes
  • M. Develoux
| Article suivant Article suivant
  • Blastomycose
  • B. Dupont

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.