Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Neurosyphilis - 01/01/03

[17-055-A-10]
Dominique Caparros-Lefebvre : Professeur
Service de neurologie, centre hospitalier universitaire de la Guadeloupe, route de Chauvel, 97159 Pointe-À-Pitre  France
Chérine Yousri : Docteur
Service de maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalier universitaire, 42000 Saint Étienne  France

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La neurosyphilis est devenue une affection rare. Elle est de fait moins connue des jeunes neurologues. L'expression clinique de la syphilis évolue dans le temps, après la phase primaire, marquée par la survenue du chancre, qui ne comporte pas de manifestation neurologique. La phase secondaire comporte des lésions cutanéomuqueuses maculopapuleuses du tronc fréquemment associées à une méningite liée à la dissémination viscérale du tréponème. À la phase tardive, 4 à 20 ans après le contage, il peut exister une méningovascularite ou un syndrome démentiel, avec hallucinations et idées délirantes (ou paralysie générale). La forme complète du tabès, qui témoigne d'une atteinte des voies sensitives médullaires, a disparu dans les pays industrialisés. Au cours des années 1985-1990, l'épidémie de sida fut associée à une augmentation de l'incidence de la syphilis et à la résurgence de la neurosyphilis, avec des observations de méningovascularite, de méningite ou de paralysie générale, voire de lésions focales produites par les gommes syphilitiques. Le lien entre les deux affections reste discuté, même si les facteurs de risque d'infection sont superposables. Après une diminution de cas incidents jusqu'en 1999, de nouvelles épidémies de syphilis sont enregistrées depuis 2 ans aux États-Unis et depuis 1 an en Europe. Ces épidémies paraissent survenir dans les zones où la consommation de drogues telles que la cocaïne et ses dérivés est importante. Elles semblent aussi liées au tourisme sexuel vers les pays pauvres, et à l'échec des campagnes de prévention des maladies sexuellement transmissibles.



Mots-clés : tréponématose, paralysie générale, méningovascularite, tabès

Plan



© 2003  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Tuberculose du système nerveux central
  • C. Bazin
| Article suivant Article suivant
  • Diagnostiquer la maladie d'Alzheimer
  • M. Sarazin, L. Hamelin, F. Lamari, M. Bottlaender

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.