Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Traumatismes du rachis cervical supérieur - 14/08/12

[15-825-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0521(12)51072-7 
F. de Peretti , M. Challali
Service de traumatologie-orthopédie, Hôpital Saint-Roch, Centre hospitalo-universitaire de Nice, 5, rue Pierre-Dévoluy, 06006 Nice cedex 1, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 18
Vidéos 0
Autres 2

Résumé

Les fractures, luxations, entorses du rachis cervical supérieur ont la particularité, soit d'entraîner le décès immédiat du patient, soit d'être rencontrées chez des patients en général indemnes de troubles neurologiques. Ces lésions se rencontrent essentiellement chez les sujets âgés et la plus fréquente est la fracture de l'odontoïde. Ces lésions engagent le pronostic vital à cause du risque neurologique, des complications de décubitus chez les sujets âgés et des complications du traitement, qu'il soit orthopédique ou chirurgical. Il n'y a pas de consensus concernant la prise en charge de ces patients. Les fractures des arcs antérieur et postérieur de C1, des masses latérales de C1, les fractures isolées de l'arc postérieur de C1 et C2, les fractures verticales du corps de C2 sont en général traitées orthopédiquement. Les entorses du ligament transverse de C1, les rarissimes luxations occipitocervicales sur blessé vivant sont en général opérées. Les autres lésions, en particulier les fractures de l'odontoïde et des isthmes de C2, peuvent bénéficier d'un traitement chirurgical ou orthopédique. L'indication chirurgicale est en général retenue si la lésion paraît instable et que le sujet peut supporter l'intervention, si l'on veut instaurer un nursing précoce chez un polytraumatisé, etc. Chez les sujets âgés qui sont les plus fréquents, le dilemme est : doit-on opérer le patient pour éviter un traitement orthopédique contraignant ? Doit-on traiter orthopédiquement pour éviter le risque opératoire ? Le bon sens, l'expérience et les conditions locales vont orienter soit vers le traitement chirurgical, soit vers le traitement orthopédique. Pour ces raisons, il est nécessaire d'adresser ces patients dans un centre spécialisé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Fracture, Luxation, Axis, Atlas, Odontoïde


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Fracture du rachis chez l'enfant
  • T. Odent, C. Pfirrmann, C. Glorion
| Article suivant Article suivant
  • Traumatismes récents du rachis cervical inférieur chez l'adulte
  • F. de Peretti, M. Challali

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.