Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Impact de l’antibiothérapie précoce, de la citrulline plasmatique, du microbiome sanguin chez les patients traités par nivolumab pour un cancer bronchique non à petites cellules de stade avancé - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.038 
J. Ouaknine 1, P. Helly De Tauriers 1, C. Dumenil 1, N. Neveux 2, J. Dumoulin 1, V. Giraud 1, S. Labrune 1, J. Tisserand 3, J.F. Emile 3, T. Chinet 1, E. Giroux Leprieur 1,
1 Service de pneumologie et oncologie thoracique, AP–HP-hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt, France 
2 Service de biochimie, AP–HP-hôpital Cochin, Paris, France 
3 Service de pathologie, AP–HP-hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le nivolumab est un inhibiteur de point de contrôle immunitaire (ICI) prescrit dès la deuxième ligne dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stade avancé. Des études ont suggéré que le microbiote intestinal et l’administration d’une antibiothérapie précoce (AP) pouvaient moduler l’efficacité des ICI. Les objectifs de notre étude sont d’évaluer l’impact d’une AP (dans les deux mois précédents jusqu’au mois suivant le début du traitement) sur l’efficacité du nivolumab et la valeur prédictive du taux de citrulline plasmatique (marqueur de la barrière intestinale) et du microbiome sanguin.

Méthodes

Les patients consécutifs traités par nivolumab pour un CBNPC avancé en deuxième ligne ou plus entre juillet 2014 et décembre 2017 ont été inclus. Les taux de citrulline plasmatique ont été mesurés aux mois (M) 0, M2, M4 et M6. L’analyse du microbiome plasmatique a été faite par séquençage des régions variables V3–V4 du gène ARN 16S bactérien à M0.

Résultats

Parmi les 72 patients inclus, 30 (42 %) ont reçu une AP. La survie globale (SG) était significativement plus longue chez les patients sans AP (médiane de 13,4 mois) que ceux avec AP (5,1 mois, p=0,03). La survie sans progression (SSP) n’était pas significativement modifiée selon l’utilisation d’une AP (médianes respectives 3,3 et de 2,75 mois, p=0,249). Des échantillons de plasma ont été prélevés chez 36 patients. Les taux de citrulline plasmatique à M0 étaient associés aux taux de réponse (52 % avec citrulline20μM vs 20 % avec citrulline<20μM, p=0,084), au bénéfice clinique (nivolumab6 mois) (56 % avec citrulline20μM vs 0 % avec citrulline<20μM, p=0,002). La SSP médiane était de 7,9 mois (citrulline20μM) vs 1,6 mois (citrulline<20μM) (p<0,0001), et la SG médiane était respectivement non-atteinte vs 2,2 mois (p<0,0001). Les patients traités par AP tendaient à avoir des taux plus faibles de citrulline que ceux sans AP : 17μM (IQR 15–30) vs 31μM (IQR 21,3–40,5) (p=0,06). Concernant le microbiome à M0, la présence de certaines familles bactériennes était associée à la réponse et au bénéfice clinique (Peptostreptococcae, Paludibaculum, Lewinella) et d’autres à la progression sous nivolumab (Gemmatimonadaceae).

Conclusion

Une AP est associée à des taux faibles de citrulline et à une diminution de la SG des patients atteints d’un CBNPC traités par nivolumab. La citrulline plasmatique ainsi que la composition du microbiome sanguin pourraient être des marqueurs prédictifs de l’efficacité du nivolumab.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A18 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Utilisation et impact d’une réflexion anticipée sur l’intensité des soins chez des patients hospitalisés en oncologie thoracique : une étude prospective
  • N. Denis, J.F. Timsit, M. Giaj Levra, L. Sakhri, M. Duruisseaux, C. Schwebel, J. Pinsolle, L. Ferrer, D. Moro Sibilot, A.C. Toffart
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité et tolérance du brigatinib chez des patients pris en charge pour un cancer bronchopulmonaire non à petites cellules avec translocation ALK en France. Étude BRIGALK
  • R. Descourt, M. Pérol, G. Rousseau-Bussac, D. Planchard, B. Mennecier, M. Wislez, A. Cortot, F. Guisier, L. Galland, R. Gervais, E. Dansin, R. Schott, J. Arrondeau, C. Dujon, J. Madelaine, G. Jeannin, O. Bylicki, C. Daniel, D. Spaeth, J.B. Auliac, C. Chouaïd

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.