Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Troubles respiratoires du sommeil dans les maladies neuromusculaires : intérêt de la polygraphie de ventilation - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.143 
S. Aouadi 1, , S. Kartas 2, S. Mkaddem 3, I. Sahnoun 2, S. Maalej 2, L. Douik-Elgharbi 2
1 Faculté de médecine de Tunis, Ariana, Tunisie 
2 Pavillon D, hôpital A. Mami, Ariana, Tunisie 
3 Service d’explorations fonctionnelles respiratoires, hôpital A. Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les troubles respiratoires du sommeil au cours des maladies neuromusculaires sont fréquents et variés. Ils constituent un facteur pronostique et de qualité de vie déterminant chez ces patients. La détection précoce de ces troubles est fondamentale afin de proposer un traitement adéquat permettant d’améliorer le pronostic et la qualité de vie de ces patients. Les objectifs du travail étaient de préciser la fréquence des troubles respiratoires du sommeil dans les maladies neuromusculaires et de dégager l’intérêt de la polygraphie de ventilation dans le diagnostic positif de ces troubles.

Méthodes

L’étude était rétrospective sur 2 ans (juin 2015/juin 2017) ayant intéressé les patients neuromusculaires ayant eu une polygraphie de ventilation.

Résultats

Trente-trois patients ont été inclus (18 enfants, 24 de sexe masculin). L’âge moyen des patients était de 19,4±11 ans. Le trouble neuromusculaire le plus fréquent était la myopathie de Duchenne (48 %) suivie de la myopathie tunisienne. Les patients étaient adressés à la consultation de pneumologie devant des troubles respiratoires nocturnes ou diurnes dans près de la moitié des cas. Dans les autres cas, les patients ont été examinés dans le cadre d’un bilan de retentissement fonctionnel respiratoire de la myopathie. Le ronflement nocturne était noté chez 36 % des patients. Le profil spirométrique était en faveur de trouble ventilatoire restrictif chez tous les patients avec une capacité vitale forcée moyenne de 54 %. Une hypoventilation alvéolaire nocturne était notée chez quatre patients. La polygraphie de ventilation a permis de détecter un syndrome d’apnées obstructives du sommeil léger chez 30 % des patients.

Conclusion

La polygraphie de ventilation constitue un moyen simple et peu coûteux permettant le dépistage des troubles respiratoires du sommeil chez les patients neuromusculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A75 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Effets secondaires de la VNI à domicile
  • M. Patout, G. Jolly, K. El Husseini, M. Le Brun, M. De Marchi, J. Pierchon, D. Gervereau, M.Z. Gharsallaoui, A. Cuvelier
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge par PPC en ambulatoire du SAOS pédiatrique
  • A. Metchedjin, F. Massip, D. Koehrer, C. Mouchard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.