Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Augmentation des formes sévères de tuberculose chez l’enfant et baisse de la couverture vaccinale BCG : quelle relation ? - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.067 
J.P. Guthmann, V. Bousquet, L. Fonteneau, D. Lévy-bruhl
 Santé publique France, Saint-Maurice, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’obligation vaccinale BCG a été remplacée en juillet 2007 par une recommandation forte de vaccination des enfants à risque de tuberculose. Santé publique France (SpFrance) a été chargée de suivre l’impact de cette mesure sur la couverture vaccinale BCG et l’épidémiologie de la tuberculose. La pénurie de vaccin BCG survenue depuis novembre 2014 a conduit les autorités à restreindre la vaccination à certains groupes d’enfants. En Île-de-France, la vaccination est recommandée depuis avril 2016 prioritairement aux enfants de moins de 5 ans ayant un facteur de risque de tuberculose à l’exclusion de leur lieu de résidence.

Matériels et méthodes

Les fiches de déclaration obligatoire des enfants de moins de 15 ans atteints de formes neuroméningées ou miliaires sont transmises en temps réel à SpFrance par les ARS. Les données de couverture vaccinale issues des certificats de santé du 9e mois sont transmises annuellement à SpFrance. Nous présentons les résultats provisoires concernant l’incidence nationale en 2017 de tuberculose neuroméningée ou miliaire chez les enfants de moins de 15 ans et la couverture vaccinale BCG en 2016 chez les enfants de 9 mois résidant en Île-de-France.

Résultats

En 2017, 15 cas de tuberculoses neuroméningées ou miliaires ont été signalés (dont 5 décès), contre un en 2016, 3 en 2015 et entre 10 et 13 de 2012 à 2014. Parmi ces 15 cas, 5 vaccinés ou contaminés en période périnatale ont été considérés comme non évitables par le BCG. Cinq, non vaccinés mais sans indication vaccinale ont été considérés potentiellement évitables par la stratégie de vaccination BCG obligatoire qui prévalait jusqu’en 2007. Les cinq autres cas, non vaccinés bien qu’ayant une indication vaccinale BCG, ont été considérés potentiellement évitables par la stratégie de vaccination actuelle. On observe en Île-de-France une baisse très importante des couvertures vaccinales BCG en 2016 (39 % versus 75 % en 2015), affectant tous les départements de la région. Les couvertures vaccinales, élevées en 2015 pour les enfants suivis en PMI (88 %) ont également diminué de manière importante en 2016 dans la majorité des départements (51 %).

Conclusion

L’augmentation du nombre de formes graves reste conforme aux prédictions réalisées avant la modification de la politique vaccinale BCG. Elle pourrait témoigner d’une augmentation de l’incidence chez l’adulte dans certains territoires et d’une transmission à l’enfant. Elle témoigne également, pour partie, d’un défaut de mise en œuvre de la vaccination BCG, comme le montre la baisse des couvertures vaccinales en Île-de-France. Améliorer l’accès des enfants les plus à risque à la vaccination BCG constitue une priorité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S22-S23 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution épidémiologique des infections bactériennes sévères communautaires de l’enfant : l’exception française
  • F. Lorton, M. Chalumeau, R. Assathiany, A. Martinot, P. Bourgoin, J. Caillon, C. Levy, R. Cohen, C. Gras-le guen, E. Launay
| Article suivant Article suivant
  • Fréquence de réalisation des bilans de déficits immunitaires au décours d’une infection bactérienne communautaire de l’enfant : étude en population
  • C. Flatres, J. Roué, C. Picard, L. Carausu, C. Thomas, P. Isabelle, F. Millot, V. Gandemer, C. Gras le Guen, E. Launay

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.