Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pyélonéphrite aiguë à entérobactéries productrices de BLSE en pédiatrie, évaluation de l’efficacité clinique et microbiologique d’un relais oral par bithérapie cefixime + amoxicilline acide clavulanique - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.070 
T. Gabas 1, F. Lescure 2, I. Craiu 3, G. Cuzon 3, C. Malbrunot 1, S. Patrat-Delon 1, A. May 1, D. Vittecoq 3, A. Chabrol 1
1 CHSF, Corbeil, France 
2 AP–HP, Paris, France 
3 AP–HP, Kremlin-Bicêtre, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La proportion des entérobactéries productrices de bêta lactamase à spectre étendu (EBLSE) dans les pyélonéphrites (PNA) de l’enfant est de 7 %, en augmentation constante depuis une dizaine d’années. Les alternatives de traitement oral sont restreintes. La synergie cefixime+amoxicilline acide clavulanique (C+AAC) a été démontrée in vitro mais les données d’efficacité clinique sont limitées.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée dans deux services de pédiatrie entre 2013 et 2017, incluant tous les enfants15 ans traités par C+AAC pour une PNA à EBLSE résistante aux fluoroquinolones et au cotrimoxazole. Les critères de jugement étaient les taux de succès clinique et microbiologique, définis respectivement par l’absence de nouveau traitement antibiotique pour une rechute de PNA et par la stérilisation de l’ECBU à un mois.

Résultats

Vingt-trois enfants ont été inclus (11 filles et 12 garçons), l’âge médian était de sept mois [2–14], et 8 enfants présentaient une pathologie urinaire sous-jacente. Les germes étaient dans 91 % des cas un Escherichia coli et 9 % des cas une Klebsiella pneumoniae. Toutes les infections étaient communautaires. Le traitement initial intraveineux a été de 2,5jours en médiane [2–3] et a consisté en une céphalosporine de troisième génération (n=21) (associée pour 15 enfants à l’amikacine), amikacine monothérapie (n=1) et imipénème (n=1). Une synergie entre C+AAC (CMI de l’association1mg/mL) a été retrouvée sur 21 souches d’EBLSE/23. Tous les enfants ont été traités en relais oral par C+AAC, avec une durée médiane d’antibiothérapie de 10jours [10–10].

Le succès clinique à un mois était obtenu dans 95 % des cas (22/23 enfants), avec trois rechutes à j26 j53 et j72 respectivement et trois perdus de vue après un mois. Le succès microbiologique était obtenu dans 75 % des cas (15/20 ECBU de contrôle) à 40jours en médiane [35–56]. Parmi les cinq rechutes microbiologiques, trois correspondent aux échecs cliniques et deux avaient une bactériurie asymptomatique. Trois enfants n’ont pas fait d’ECBU de contrôle mais n’ont jamais présenté de nouvel épisode clinique.

Conclusion

À notre connaissance, il s’agit de la première étude d’efficacité clinique et microbiologique d’un relais oral par C+AAC dans les PNA à EBLSE de l’enfant. Le taux d’efficacité clinique à 1 mois était de 95 %. Ces résultats sont encourageants et méritent d’être confirmés par une étude prospective multicentrique, chez l’enfant comme chez l’adulte.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S23-S24 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Adaptation bayésienne précoce de la dose de vancomycine chez l’enfant : un essai randomisé contrôlé
  • R. Berthaud, S. Benaboud, M. Genuini, M. Oualha, M. Castelle, C. Briand, S. Artru, O. Boyer, N. Bouazza, J.M. Tréluyer
| Article suivant Article suivant
  • Protection vaccinale et immunogénicité secondaire à une campagne vaccinale de masse, avec un vaccin monovalent conjugué C, justifiée par des cas groupés sévères d’infection invasive à méningocoques C : bilan épidémiologique et immunologique à distance, 2002–2016
  • H. Laurichesse, V. Corbin, C. Dubray, G. Laurichesse, R. Bonnet, M. Taha, J. Beytout

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.