Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les patients vivants avec le VIH (PVVIH) acceptent-ils les génériques dans la vraie vie ? - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.031 
M. Catroux, M. Roger, M. Garcia, D. Plainchamp, C. Godet, A. Dupuis, G. Le Moal, F. Roblot
 CHU La Milétrie, Poitiers, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Dans l’optique de la réduction des coûts, les recommandations du dernier rapport Morlat incitent à l’utilisation des génériques des traitements anti-rétroviraux (ARV) actuellement disponibles pour le Truvada (TVD) et le Kivexa (KVX), notamment si le patient l’accepte, pouvant conduire au passage d’un traitement quotidien en un comprimé par jour (STR) à un traitement en comprimés multiples (MTR). Nous avons voulu évaluer l’acceptabilité du passage aux génériques dans la vraie vie dans une cohorte de PVVIH.

Matériels et méthodes

Entre le 01/11/2017 et 31/01/2018 tous les PVVIH traités efficacement (charge virale VIH<50 copies/mL) depuis plus de 6 mois et ne justifiant pas de modification thérapeutique, ont été interrogés sur leur perception des génériques. Après accord du patient, les patients sous TVD ou KVX ont été mis sous génériques, ceux sous STR ont reçu un MTR lorsque c’était possible. Les données ont été analysées puis comparées à l’aide d’un test de Chi2 et de student (p significatif si<0,05).

Résultats

Deux cent dix neuf patients ont été inclus dans l’étude, répartis en 3 groupes : groupe 1 (n=95) sous TVD ou KVX plus un 3e agent, groupe 2 (n=82) sous un STR pouvant être remplacé par un MTR, groupe 3 (n=42) avec une combinaison d’ARV sans passage au générique possible. L’âge moyen de la cohorte était de 51,9 ans [25–87], sex-ratio 1,8. Le passage au générique dans le groupe 1 a été réalisé pour tous les patients permettant de diminuer le coût annuel des ARV de 284 665 € (2996€/an/patient). Parmi les patients du groupe 2 (47 hommes et 35 femmes) d’âge moyen 50,3 ans [28–77], 48 % (n=39) ont accepté de prendre un MTR (soit une économie annuelle de 97 586 € ou 2502 €/an/patient) ; parmi les autres, le maintien du STR a été motivé par la peur : de l’inobservance (n=9), d’une intolérance (n=2) et/ou d’un trop grand nombre de comprimés (n=32). L’acceptation du passage d’un STR à un MTR était liée au fait d’être un homme (p<0,001), HSH (p=0,008) et d’être né(e) en France (p<0,001). Une différence significative était observée concernant l’âge moyen dans ce groupe : 55,4 ans pour la passage à un MTR contre 45,7 ans pour le maintien du STR (p<0,001). Le passage à un MTR n’était par contre pas lié au stade de la maladie, à la durée de traitement ou à la présence d’un autre traitement associé. Parmi le groupe 3, 26 patients (62 %) auraient été prêts à passer au générique même dans le cadre d’un MTR.

Conclusion

Les PVVIH ne s’opposent pas nécessairement à la prescription de génériques, même lorsqu’il s’agit de passer à un MTR, dans le but de réduire les coûts de santé. Le passage vers les génériques a permis dans notre étude de réduire le coût annuel lié aux ARV de 382 251 euros. Dans la conjoncture actuelle, le patient doit être impliqué à toutes les étapes de sa prise en charge et l’information concernant les génériques doit désormais s’inscrire pleinement à notre temps de consultation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S4-S5 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Caractéristiques cliniques, bactériologiques et prise en charge des infections à gonocoque en Ille et Vilaine et dans le Morbihan entre 2014 et 2016
  • A. Loncle, C. Piau, N. Ndeikoundam, M. Revest, V. Cattoir, E. Allory, A. Goubard, P. Tattevin
| Article suivant Article suivant
  • « Aller-vers », un exemple de projet vers un public cible ; partenariat entre le Centre fédératif prévention dépistage et les restos du cœur d’un département
  • B. Fuchs, M. Gouraud, C. Robin-le conte, C. Amisse, G. Perraud, J. Coutherut, C. Biron

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.