Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Caractéristiques et pronostic des infections sur prothèses vasculaires et impact de la résistance bactérienne : une cohorte prospective - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.037 
A. Dinh 1, C. Duran 1, F. El sayed 2, T. Tritz 2, R. Coscas 2, B. Davido 1, M. Coggia 2, I. Javerliat 2
1 R. Poincaré, Garches, France 
2 A. Paré, Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les infections sur prothèses vasculaires (IPV) sont rares mais mettent en jeu le pronostic vital et fonctionnel des patients. Leur épidémiologie et les facteurs pronostiques ne sont pas bien connus notamment depuis l’émergence de bactéries multirésistantes (BMR).

Matériels et méthodes

Étude prospective dans un hôpital universitaire. Tous les patients ayant présenté une IPV de janvier 2015 à octobre 2017 ont été inclus. Nous avons colligé les caractéristiques cliniques, le type de chirurgie, les données microbiologiques et l’évolution.

La définition utilisée pour les IPV était celle de Fitzgerald et al., et la définition de BMR était celle de Magiorakos et al. La guérison était définie par l’absence de signe clinique, biologique et radiologique d’infection sans nouvelle intervention chirurgicale pour sepsis ni antibiothérapie additionnelle à l’épisode index lors de la dernière visite de suivi.

Résultats

Au total, 70 patients ont été inclus, l’âge moyen était de 72,3±11,9 ans et le sexe ratio de 3,7, le BMI moyen était de 25,7. Les principales comorbidités étaient l’immunodépression (n=27 ; 38,6 %) et le diabète (n=21 ; 30,0 %). Les topographies des interventions chirurgicales étaient périphériques (n=44 ; 62,9 %), aorto-périphériques (n=16 ; 27,1 %), aortiques (n=5 ; 7,1 %), et carotidiennes (n=1 ; 1,4 %) ; 44 (62,9 %) d’entre elles étaient des infections précoces (<3 mois). Lors du diagnostic 46 (65,7 %) patients étaient fébriles, 39 (55,7 %) présentaient une fistule, et 22 (31,4 %) un abcès. Par ailleurs, 4 (5,7 %) patients étaient en choc septique. Le geste chirurgical était : une excision complète du matériel (n=21 ; 30,0 %), une excision incomplète (n=13 ; 18,6 %), un lavage sans excision (n=29 ; 41,4 %). Finalement, 57 patients présentaient des infections à bactéries non BMR : Entérobactéries (n=20 ; 28,6 %), Entérocoques (n=15 ; 21,4 %), Staphylococcus aureus (n=14 ; 20,0 %) and Staphylocoques à coagulase-négative (n=12 ; 17,1 %). Treize (18,6 %) patients présentaient des IPV à BMR : Entérobactéries (n=8 ; 11,4 %), Staphylocoques à coagulase-négative (n=3 ; 4,3 %), Entérocoques (n=3 ; 4,3 %), et Pseudomonas aeruginosa (n=2 ; 2,9 %). Les IPV étaient plurimicrobiennes dans 35 (50,0 %) cas. L’évolution était : la guérison dans 35 cas (50,0 %), l’échec dans 27 (38,6 %), et 9 (12,9 %) étaient perdus de vue. La durée moyenne de suivi était de 195±226jours Les facteurs pronostic péjoratifs étaient la présence d’un choc (0,0 vs. 0,5 ; p<10–5), d’infection à Entérobactéries (0,25 vs. 0,5 ; p=0,04), d’infection due à une BMR (0,3 vs. 0,5 ; p=0,035) et d’infection polymicrobienne (0,4 vs. 0,5 ; p=0,03).

Conclusion

Le pronostic des IPV est sombre, en particulier en cas de choc, d’infections à Entérobactéries ou à BMR ou d’infection polymicrobienne.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S7-S8 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Transplantation de microbiote fécale par gélules dans les récidives d’infections à Clostridium difficile : suivi d’une cohorte pilote de 9 patients
  • G. Cheminet, N. Kapel, H. Sadou-Yaye, A. Bellanger, B. Fantin, V. de Lastours
| Article suivant Article suivant
  • Infections sur rachis instrumenté : revue des cas 2010–2016
  • S. Reissier, J. Lourtet, C. Couzigou, G. Riouallon, S. Wolff, V. Meyssonnier, A. Mohamed-Hadj, P. Jouffroy, A. Le Monnier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.