Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les tendinopathies calcifiantes de l’épaule

Doi : 10.1016/j.rco.2008.09.010 

P. Clavert a, F. Sirveaux b 

la Société française d’arthroscopie

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La tendinopathie calcifiante de l’épaule est une affection fréquente dont les modalités du traitement restent débattues. Les auteurs de ce symposium ont revu rétrospectivement 450 patients opérés sous arthroscopies pour une tendinopathie calcifiante de l’épaule, avec une imagerie systématique de la coiffe des rotateurs. Le recul minimal était de cinq ans, sauf pour les calcifications du subscapulaire, de l’infra-épineux où il a été fixé à deux ans compte tenu de la rareté de ces localisations. Parallèlement, une étude prospective de prévalence a été menée sur 1276 épaules de patients asymptomatiques vus aux urgences. La prévalence des calcifications de la coiffe des rotateurs étaient de 7,3 % dans la population générale avec une prédominance féminine qui était plus marquée dans le groupe opéré. Cette étude a montré qu’il existait aussi des calcifications chez les patients de plus de 70 ans. L’analyse de la concordance inter- et intra-observateur a démontré que la classification A-B-C était peu reproductible avec une faible concordance pour différencier les types A des types B. L’évolution à long terme prouve que la tendinopathie calcifiante est une affection transitoire de l’épaule qui n’a pas de lien avec la rupture de coiffe. Aucune récidive n’est notée à long terme et le taux de rupture transfixiante à neuf ans de recul, pour un âge moyen de 56 ans, est de 3,9 %. Cette évolution permet d’affirmer qu’il n’est pas nécessaire de suturer les berges du cratère créé après exérèse de la calcification. L’état préopératoire de la coiffe a cependant une influence significative sur les résultats fonctionnels à long terme avec des résultats significativement moins bons quand il existe initialement une rupture partielle de coiffe ou un test de Jobe positif et avec un taux significativement plus élevé de rupture transfixiante à la révision. Les calcifications du subscapulaires sont rares (6 % des calcifications) et sont associées à des dépôts calciques sur d’autres tendons une fois sur deux. Les calcifications de l’infra-épineux sont plus fréquentes (20 %) et le plus souvent associées à d’autres localisation. À condition d’adapter la technique d’exérèse, le traitement arthroscopique est aussi efficace que pour les autres localisations. Le résultat clinique à long terme, après exérèse d’une calcification de type C, est significativement moins bon que pour les autres types de calcification. L’acromioplastie améliore les résultats si la calcification est associée à un acromion agressif ou à une rupture partielle de la coiffe.

Summary

Calcifying tendinitis is a frequent shoulder disease but the surgical treatment is still debatable. The authors of this symposium reviewed retrospectively 450 patients treated by arthroscopal excision for calcifying tendinitis. Imaging were used to assess the cuff status in every case. The minimum follow-up was five years except for subscapularis and infraspinatus calcification (minimum two years). At the same time, we led a prospective study evaluating the prevalence of the calcifications on 1276 asymptomatic shoulders. The prevalence of rotator cuff calcification was 7.3%, with a female predominance specially in the operated group. Calcifications have been found as well in patients more than 70 years old. The inter- and intraobserver agreement for the A-B-C classification was poor, specially to differentiate the type A and B calcifications. The long-term follow-up allows to prove that the calcifying tendinitis is temporary without any relation with rotator cuff rupture. Recurrence of the calcific deposit after complete disappearance was never observed and the rate of full thickness tears was 3.9% at an average of nine years follow-up (mean age 56 years). These findings allowed to conclude than cuff suture after removing the deposit is not mandatory. However, the preoperative cuff status had a significant influence on the functional results at follow-up. Preoperative associated partial tear of the cuff or a preoperative positive Jobe test affected significantly the results and increased the rate of full thickness tear at follow-up. The subscapularis calcifications were rare (6% of the calcifications) and were associated with further deposit on the cuff. Infraspinatus calcifications were more frequent (20%), mostly associated to over tendons calcifications. The arthroscopic treatment obtained good results independently from the calcification location but the surgical approach should be adapted. Functional results were lower after removing a type C calcification. Acromioplasty improved the results when the calcification was associated with an aggressive acromion or a partial cuff tear.


Mots clés : Épaule, Calcification, Coiffe des rotateurs, Arthroscopie

Keywords : Shoulder, Calcification, Rotator cuff, Arthroscopy


Plan


 Avec la participation de : J. Herard, P. Preyssas, L. Favard (Tours), G.-C. Faure, M.-C. Béné (immunologie, Nancy), C. Szymanski, C. Maynou, S. Naudi (Lille), P. Mansat, N. Bonnevialle (Toulouse), N. Brassard, P. Boileau (Nice), L. Nové-Josserand (Lyon), N. Pujol, P. Hardy (Boulogne), O. Gosselin (Metz), R. Philippe, O. Roche, D. Molé (Nancy), P. Louis, J.-F. Kempf (Strasbourg), E. Noel (Lyon).


© 2008  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 94 - N° 8S

P. 336-355 - décembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Éditorial
  • P. Landreau
| Article suivant Article suivant
  • La rupture du ligament croisé antérieur, de l’analyse préopératoire du type de rupture à l’évaluation finale à deux ans, retentissement selon le transplant choisi sur les résultats subjectifs et objectifs
  • D. Dejour, J.-F. Potel, F. Gaudot, J.-C. Panisset, J. Condouret

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité