Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Facteurs environnementaux impliqués dans la maladie d’Alzheimer. Le mercure dentaire, probable déterminant majeur

Doi : 10.1016/j.mlong.2009.06.001 

M. Grosman 1  , A. Picot 2

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 10
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Véritable fléau sanitaire dans les pays développés, la maladie d’Alzheimer est en passe de devenir une pandémie mondiale. La flambée de cette épidémie ne peut s’expliquer uniquement par le vieillissement de la population et pourrait, dans les futures décennies, mettre en péril les systèmes de protection sociale. Si les causes de cette pathologie restent encore largement méconnues, des études épidémiologiques démontrent l’importance de facteurs environnementaux, dont les effets sont modulés par la présence de gènes de susceptibilité à la maladie. De nombreuses publications mettent notamment en évidence l’implication de facteurs toxiques de nature chimique ou physique : métaux (mercure, plomb, aluminium…), pesticides, ondes électromagnétiques… Parmi ces facteurs de risque, l’exposition au mercure élémentaire, dont les amalgames dentaires constituent la source majeure, est particulièrement suspectée. En effet, des expérimentations mettent en évidence que le mercure inorganique induit dans le cerveau des perturbations comparables à celles observées chez les malades d’Alzheimer. Plusieurs mécanismes expliquant ces perturbations sont désormais clairement identifiés : déstructuration du cytosquelette neuronal, induction d’une agression oxydante, inhibition de l’activité d’enzymes jouant un rôle vital dans le fonctionnement cérébral, action sur le métabolisme d’un neuromédiateur, le glutamate, etc. La recherche doit par conséquent s’orienter davantage vers l’étiologie de cette maladie et non seulement vers la mise au point de thérapies médicamenteuses ou vaccinales. Ce n’est qu’en appliquant rapidement le principe de précaution qu’on pourra réduire l’exposition de la population au mercure et aux autres substances neurotoxiques, et ainsi retarder le vieillissement cérébral.

Summary

Seen as a real sanitary curse in developed countries, Alzheimer’s disease is about to create pandemonium on a worldwide scale. The outburst of this epidemic cannot only be explained by the ageing population and could, in decades to come, severely jeopardize the social security systems. The causes of this pathology are still largely unknown but epidemiological studies have proved the importance of environmental factors, whose effects depend on the presence of disease susceptibility genes. Numerous publications have underlined in particular the influence of toxic factors of chemical or physical kind: metals (mercury, lead, aluminum…), pesticides, electromagnetic waves… Among these risk factors, exposure to elemental mercury, whose main source is found in dental amalgams, seems to be particularly implicated. Indeed, scientific tests have clearly indentified that inorganic mercury induces harmful biological effects in the brain that can be compared to those observed in Alzheimer’s patients. Several mechanisms explaining these disturbances have now been clearly identified: induction of oxidative stress, destruction of neuronal cytoskeleton, inhibition of the activity of enzymes which play a vital role in brain functions, disturbances in glutamate – a neuromediator – metabolism, etc. Research must therefore be more orientated towards the identification of the causes of this illness and not only towards palliative therapies such as drugs and vaccination. The level of our exposure to mercury and other neurotoxic substances can only be reduced by rapidly applying the precautionary principle, therefore delaying cerebral ageing.


Mots clés : Maladie d’Alzheimer, Mercure, Amalgames dentaires, Interactions gènes-environnement, Prévention

Keywords : Alzheimer disease, Mercury, Dental amalgams, Gene-environment interactions, Prevention


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 1 - N° 1

P. 12-21 - septembre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hormones sexuelles et sclérose en plaques
  • M. El-Etr, S. Vukusic, C. Confavreux, E.-E. Baulieu, M. Schumacher
| Article suivant Article suivant
  • Ostéoporose et diabète
  • M. Cohen-Solal, M.-C. de Vernejoul, P. Orcel

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité