Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Suivi thérapeutique pharmacologique de l'imipramine - 16/05/07

[90-45-0260]
Delphine Bridoux : Assistante spécialiste
laboratoire de pharmacologie, CH A. Mignot, 177, rue de Versailles, 78150 Le Chesnay  France
Jean-Claude Alvarez : MCU-PH
faculté de Médecine Paris Ile-de-France Ouest et laboratoire de pharmacologie-toxicologie, centre hospitalier universitaire R. Poincaré (AP-HP), 104, boulevard R.-Poincaré 92380 Garches  France
Jean-Marie Poirier : Praticien hospitalier
laboratoire de pharmacologie, centre hospitalier universitaire Saint-Antoine, 27, rue Chaligny, 75571 Paris cedex 12 France
Bertrand Diquet : PU-PH
laboratoire de Pharmacologie-Toxicologie, centre hospitalier universitaire, 4, rue Larrey, 49033 Angers cedex 01 France

Résumé

L'imipramine est un antidépresseur tricyclique inhibiteur de recapture de la sérotonine, dont le métabolite principal, la desméthylimipramine (DMI), est actif. Elle est indiquée dans les épisodes dépressifs majeurs, les douleurs neuropathiques, les algies rebelles, et l'énurésie nocturne de l'enfant à partir de 6 ans. Sa pharmacocinétique est caractérisée par un important effet de premier passage hépatique, un métabolisme essentiellement hépatique par différents cytochromes pour donner la DMI, ainsi qu'une hydroxylation d'IMI et DMI par le CYP2D6 (polymorphique). L'âge, l'insuffisance hépatique ou rénale, le tabagisme et l'alcoolisme ainsi que de nombreuses interactions médicamenteuses influencent cette pharmacocinétique.

Le STP de l'imipramine est justifié par la grande variabilité interindividuelle de sa pharmacocinétique et des relations établies cliniquement entre la somme des concentrations résiduelles d'IMI et de DMI et les effets thérapeutiques d'une part, les effets indésirables ou toxiques d'autre part. Il repose sur la mesure des concentrations résiduelles d'IMI et de DMI à l'état d'équilibre (après environ 10 jours de traitement), par méthodes chromatographiques. La somme de ces deux concentrations doit généralement être comprise entre 150 et 350 μg/l (535-1250 nM), en fonction de l'état clinique du patient.

Plan



© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Suivi thérapeutique pharmacologique de l'halopéridol
  • Fabienne Péhourcq, Georges Houin, Pierre Marquet
| Article suivant Article suivant
  • Suivi thérapeutique pharmacologique du lithium
  • Jean-Marie Poirier, Bertrand Diquet, Jean-Claude Alvarez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.