Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Maladies de l'appareil digestif et grossesse (excepté la pathologie hépatobiliaire)

[5-045-C-10]
Philippe Dufour : Praticien hospitalier
Damien Subtil : Praticien hospitalier
François Puech : Professeur des Universités, chef du service
Service de pathologies maternelles et foetales France
Arnaud Boruchowicz : Chef de clinique - assistant
François Guillemot : Praticien hospitalier
Jean-Claude Paris : Professeur des Universités, chef de service
Service des maladies de l'appareil digestif et de la nutrition France
Denis Vinatier : Praticien hospitalier, service de gynécologie chirurgicale (Prof G Crepin)
Hôpital Jeanne-de-Flandre, centre hospitalier universitaire de Lille, 59037  Lille cedex France
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Obstétrique
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Toutes les affections digestives peuvent survenir au cours de la grossesse, entraînant une approche diagnostique et thérapeutique souvent différente du fait de l'existence même de la grossesse. Par ailleurs, certains syndromes digestifs sont très fréquents, voire spécifiques de la grossesse. Ainsi, nous avons réuni les éléments suivants : la pathologie digestive fonctionnelle, vaste ensemble comprenant les vomissements, le ptyalisme, la pathologie gastro-oesophagienne, les colopathies fonctionnelles et la proctologie. Ces syndromes, fréquemment rencontrés et souvent sans conséquence, sont parfois responsables de troubles graves nécessitant un traitement rapide adéquat. Les urgences digestives médicales et chirurgicales comprennent principalement l'ulcère gastroduodénal, qui reste exceptionnel et la pancréatite, d'origine le plus souvent biliaire, pouvant être parfois de pronostic sévère et dont le traitement est surtout médical. Deux syndromes chirurgicaux dominent : l'appendicite et les syndromes occlusifs. Plus que l'association à la grossesse, c'est la gravité de la pathologie abdominale, ainsi que la rapidité diagnostique, qui déterminent le pronostic maternel et foetal ; la grossesse ne faisant que modifier les signes cliniques habituellement observés. Dans ce domaine, l'apparition de la coeliochirurgie a permis d'améliorer le diagnostic et le pronostic de ces affections. Les diarrhées d'origine infectieuse, qu'elles soient d'origine bactérienne, parasitaire ou virale, posent le problème du choix médicamenteux le plus efficace pour une toxicité foetale la plus faible possible. Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) ont peu de retentissement sur la grossesse, en dehors d'une augmentation modérée du risque de prématurité. Les traitements médicaux (Salazopyrine®, corticoïdes) sont le plus souvent efficaces et sans risque pour le foetus. Les cancers digestifs sont certes rares chez la femme en âge de procréer. L'existence d'une grossesse gêne la démarche diagnostique et le protocole thérapeutique habituel ; ce dernier dépend entre autres, de la gravité du cancer et du terme de la grossesse au moment de sa découverte. Enfin, un dernier chapitre détaillera la prise en charge des complications anorectales de l'accouchement par voie basse.

Plan



© 1997  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS - Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité