Médecine

Paramédical

Autres domaines

Índice EMC Démo Suscribirse

Filarioses - 20/10/11

[8-514-A-20]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(12)41786-0 
B. Carme a,  : Chef de service, directeur d'équipe de recherche du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et de l'Inserm, P. Esterre b : Ancien chercheur du réseau international des Instituts Pasteurb
a Service de Parasitologie et Mycologie, Équipe EA3593, (Faculté de médecine Antilles-Guyane) et Centre d'investigation clinique-Épidémiologie clinique (CIC-EC), Antilles Guyane (CIE 802 Inserm), Centre hospitalier de Cayenne, BP 6006, 97306 Cayenne, Guyane française 
b Plateforme Investigation clinique et accès aux ressources biologiques (ICAReB), Institut Pasteur, 75724 Paris cedex 15, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual.

páginas 19
Iconografías 32
Vídeos 0
Otros 7

Resumen

Parasitoses à transmission vectorielle, les filarioses présentent des tableaux cliniques différents, variant selon l'espèce parasitaire et la nature de la réponse immunitaire induite. Elles sont toutes (filarioses lymphatiques, loaose [encore souvent appelée loase], onchocercose et mansonelloses) exclusivement de répartition tropicale. En dehors des zones d'endémie, le diagnostic peut être évoqué chez des migrants au retour d'un séjour prolongé dans une zone infectée, avec principalement des manifestations dermatolymphatiques évoluant sur un mode aigu ou chronique. Le diagnostic de filariose est parfois posé à la suite d'un bilan d'une hyperéosinophilie sanguine ou même lors de la découverte fortuite de microfilaires (sanguines ou cutanées). La visualisation du parasite, à l'état embryonnaire (microfilaires) ou adulte (examen anatomopathologique ou extraction), affirme l'infection. Pour certaines espèces filariennes, les microfilaires sont souvent paradoxalement non détectables chez les sujets symptomatiques. Dans ce cas, le diagnostic n'est plus parasitologique mais immunologique, reposant sur la démonstration d'anticorps et/ou, mieux, d'antigènes sériques spécifiques. Concernant ceux-ci, des améliorations récentes, basées sur des tests d'immunochromatographie rapides, rendent le diagnostic plus accessible, notamment sur le terrain. Le diagnostic peut également être confirmé par des techniques de biologie moléculaire. Par ailleurs, l'échographie permet d'objectiver les filaires adultes au sein des voies lymphatiques (wuchererioses et brugioses) mais aussi emprisonnées dans un nodule sous-cutané (onchocerques). À l'opposé, les sujets asymptomatiques, bien que porteurs de microfilaires, sont fréquents en zone d'endémie mais l'évolution vers la pathologie reste une éventualité difficilement prévisible. Pour ces mêmes filarioses exceptées les mansonelloses, le traitement étiologique implique toujours des cures d'ivermectine et/ou de diéthylcarbamazine, microfilaricides puissants sans action lytique marquée sur les filaires adultes, utilisés seuls ou associés à l'albendazole. Les réactions thérapeutiques en cas de fortes charges en microfilaires, redoutables pour la loaose, désagréables pour l'onchocercose et les filarioses lymphatiques, sont toujours d'actualité. Une distribution annuelle de ce type de produit est utilisée dans le cadre de la lutte antifilarienne pour les filarioses lymphatiques et l'onchocercose dans de nombreux pays endémiques (programmes de lutte). Les mansonelloses, dont la pathogénicité n'est toujours pas clairement établie, restent réfractaires aux antifilariens classiques. Une nouvelle voie thérapeutique, d'action macrofilaricide, par le recours à une antibiothérapie dirigée contre des bactéries endosymbiotiques du genre Wolbachia fréquemment associées aux filaires humaines, constitue un espoir d'amélioration du traitement étiologique. Les traitements symptomatiques sont primordiaux, tout particulièrement dans les filarioses lymphatiques. L'élimination, en tant que problème de santé publique, des filarioses lymphatiques et de l'onchocercose serait envisageable (objectifs 2020 et 2030 de l'Organisation mondiale de la santé).

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots clés : Filarioses, Filarioses lymphatiques, Loaose, Onchocercose, Mansonelloses, Épidémiologie des filarioses, Symptomatologie des filarioses, Diagnostic des filarioses, Traitement des filarioses, Prévention des filarioses, Lutte antifilarienne


Esquema


© 2012  Elsevier Masson SAS. Reservados todos los derechos.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Artículo precedente Artículo precedente
  • Bilharzioses
  • M. Develoux
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Anguillule et anguillulose
  • X. Nicolas, B. Chevalier, F. Klotz

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual.

El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual

¿Ya suscrito a este tratado ?

;

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.