Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Rétinopathie sévère aux antipaludéens de synthèse - 25/04/18

Antimalarial drug retinopathy

Doi : 10.1016/j.revmed.2018.02.013 
A. Guiot a, b, , M. Couturier a, b, J.G. Tebib a, b, L. Abouaf c, F. Coury a, b
a Hospices civils de Lyon, centre Hospitalier Lyon Sud, département de Rhumatologie, 69310 Pierre-Bénite, France 
b Université Lyon 1, Lyon, France 
c Hospices civils de Lyon, unité de neuro-ophtalmologie, hôpital neurologique Pierre-Wertheimer, groupement hospitalier Est, 69500 Bron, France 

Auteur correspondant. Service de rhumatologie, centre Hospitalier Lyon Sud, 165, chemin du Grand Revoyet 69495 Pierre-Bénite, France.Service de rhumatologie, centre Hospitalier Lyon Sud, 165, chemin du Grand Revoyet 69495 Pierre-Bénite, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les antipaludéens de synthèse, largement prescrits dans le cadre de pathologies systémiques variées, peuvent être responsables d’une rétinopathie toxique pouvant conduire à la cécité.

Observation

Un patient de 32 ans traité pour un lupus érythémateux systémique par hydroxychloroquine 400mg/jour, puis chloroquine à 300mg/jour pendant respectivement 8 et 9 ans, rapporte, 18 mois après son dernier examen ophtalmologique, une baisse d’acuité visuelle avec au fond d’œil une atteinte en « œil de bœuf ». Les examens complémentaires dont un électrorétinogramme multifocal ont montré des signes d’atteinte fonctionnelle grave bilatérale faisant retenir le diagnostic de rétinopathie toxique sévère aux antipaludéens de synthèse.

Discussion

L’Académie américaine d’ophtalmologie a publié des recommandations en 2011 révisées en 2016 codifiant le dépistage de la toxicité rétinienne débutante. Celui-ci devrait comprendre un champ visuel automatisé 10,2 (CV) couplé à une tomographie de cohérence optique en domaine spectral (SD-OCT) en première intention. L’électrorétinogramme multifocal s’avère plus utile à la confirmation diagnostique que dans le dépistage. Ces recommandations, pourtant essentielles, sont assez méconnues en pratique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

Antimalarial drugs are largely used for the treatment of various systemic diseases. They can cause toxic retinopathy, which can lead to blindness.

Observation

We report the case of a 32-year-old male with a systemic lupus erythematosus treated with hydroxychloroquine 400mg per day and then chloroquine 300mg per day during 8 and 9years respectively. Eighteen months after his latest visual examination, the patient experienced bilateral vision loss. Fundus examination revealed a bull's eye maculopathy. Additional tests including multifocal electroretinogram showed severe bilateral functional impairment in the parafoveal area leading to diagnosis of severe toxic retinopathy induced by antimalarial drugs.

Discussion

In 2016, the American Academy of Ophthalmology revised the previous 2011 recommendations concerning early retinal toxicity screening strategy which should be first based on both automated 10–2 visual fields and spectral-domain optical coherence tomography (SD OCT). Multifocal electroretinogram can be more helpful for diagnostic confirmation rather than screening. Although these recommendations are essential, they are not well known in clinical practice.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Rétinopathie toxique, Antipaludéens de synthèse, Électrorétinogramme, Lupus érythémateux systémique

Keywords : Retinopathy, Antimalarial drug, Electroretinogram, Systemic lupus erythematosus


Plan


© 2018  Société Nationale Française de Médecine Interne (SNFMI). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 5

P. 364-368 - mai 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Sclérœdème de Buschke traité efficacement par photophérèse extracorporelle
  • F. Dezoteux, M. Bourges, A. Lionet, O. Carpentier
| Article suivant Article suivant
  • Le microbiote au cœur du psychisme
  • J. Cosserat, F. Du Breuil, P. Validire, S. Lenoir, S. Wolf, M. Gayraud, J. Vinit

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.