Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vécu des patients sous biothérapies et biosimilaires dans la maladie de Crohn – enquête en vie réelle auprès d’une communauté de patients dans cinq pays européens - 22/05/18

Doi : 10.1016/j.respe.2018.04.025 
M. Chekroun, R. Gauchoux, E. Pain , L. Radoszycki
 Carenity, communauté de patients en ligne, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs

Les biothérapies et leurs versions similaires, les biosimilaires, apportent des solutions thérapeutiques innovantes pour des maladies graves dépourvues de traitements satisfaisants telles que les maladies inflammatoires. Des études cliniques réalisées sur les biothérapies et biosimilaires ont montré de réelles avancées pour la qualité de vie des patients. Cependant, ces bénéfices sont parfois diminués par la présence d’effets secondaires. Les objectifs de cette étude sont : d’évaluer la connaissance des patients sur les traitements biologiques ; de mesurer la satisfaction des patients vis-à-vis de leur biothérapie/biosimilaire ; de connaître la perception des patients vis-à-vis des biosimilaires et d’identifier les attentes des patients en termes d’accompagnement et d’information dans la maladie de Crohn (MC).

Méthode

Un questionnaire en ligne a été diffusé du 7 novembre 2016 au 15 mai 2017 auprès de patients atteints de la maladie de Crohn actuellement sous biothérapie ou biosimilaire via Carenity, une communauté de patients en ligne. Les patients étaient recrutés au sein de cinq pays européens : France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne et Italie. Au total, 153 patients correspondant aux critères d’inclusion ont répondu à l’enquête.

Résultats

Les patients atteints d’une MC connaissent des marques de biothérapies notamment grâce à leur efficacité. Selon les patients sous biothérapie ou biosimilaire, les principaux avantages de ces traitements sont leur efficacité (50 %), la possibilité de reprendre une vie normale (38 %) et leur voie d’administration (22 %). Au contraire, les principaux inconvénients perçus sont le risque d’infection (56 %), le suivi médical trop important (31 %) et une voie d’administration trop contraignante (23 %). De par leur faible pénétration sur le marché, la notoriété des biosimilaires est limitée (33 %) par rapport à celle des biothérapies. Si leur médecin leur en offrait la possibilité, seulement 29 % des patients accepteraient de changer leur traitement pour un biosimilaire, 20 % refuseraient et 51 % seraient indécis. Les patients qui ne souhaitent pas passer à un biosimilaire ont des doutes sur leur efficacité (59 %), sur leurs effets secondaires (45 %), et se posent des questions sur les différences et similitudes entre les biothérapies et les biosimilaires (43 %). Les principales attentes des patients concernant de nouveaux traitements sont : une meilleure efficacité (75 %), une meilleure tolérance (63 %) et une prise en charge multidisciplinaire (60 %). Ils déclarent manquer d’information sur les traitements et les essais cliniques en cours (67 %). Les patients souhaitent également plus de conseils pour mieux vivre leur maladie au quotidien (46 %) et davantage d’information sur les biosimilaires (43 %).

Conclusion

Tandis que les biothérapies bénéficient d’une bonne notoriété expliquée par une reconnaissance de leur efficacité, les biosimilaires sont encore peu connus du public limitant encore la volonté de passage d’une biothérapie vers un biosimilaire. Les patients attendent de leur futur traitement, une meilleure efficacité et une meilleure tolérance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 66 - N° S4

P. S223 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact sur la qualité de vie d’un épisode d’infection à Clostridium difficile en milieu hospitalier
  • A. Duburcq, F. Fagnani, T. Galperine, P. Vanhems, A. Le Monnier, S. Alami, C. Bensoussan, V. Jeanbat, F. Barbut
| Article suivant Article suivant
  • Estimation de la prévalence et de l’incidence du mésothéliome pleural malin en France (PMSI-MCO 2016)
  • C. Chouaid, C. Tournier, L. Luciani, K. Le Lay, L. De Léotoing

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.