Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Cancer de l'hypopharynx - 27/03/20

[20-605-A-30]  - Doi : 10.1016/S0246-0351(20)90182-4 
A. Bozec  : Chirurgien, Professeur des Universités, praticien hospitalier, G. Poissonnet : Chirurgien, praticien spécialiste des Centres de lutte contre le cancer, D. Culié : Chirurgien, assistant spécialiste des Centres de lutte contre le cancer, O. Dassonville : Chirurgien, praticien spécialiste des Centres de lutte contre le cancer
 Centre Antoine-Lacassagne, Institut universitaire de la face et du cou, 31, avenue de Valombrose, 06103 Nice, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les cancers de l'hypopharynx surviennent le plus souvent entre 50 et 70 ans, avec encore une large prépondérance masculine. Leur incidence diminue régulièrement dans les pays développés depuis le début des années 2000. Il s'agit le plus souvent de carcinomes épidermoïdes liés à l'intoxication alcoolotabagique. Le bilan de ces cancers nécessite une expertise clinique minutieuse, des explorations endoscopiques et des examens d'imagerie, dont le principal objectif est de définir les extensions et donc le stade de la tumeur. Il doit également faire le point sur l'état nutritionnel et les comorbidités du patient, qui déterminent grandement les possibilités thérapeutiques ultérieures. Dans des cas bien sélectionnés, l'exérèse tumorale peut être menée par voie transorale (chirurgie robot-assistée ou endoscopique au laser CO2). Les rares patients présentant une tumeur de stade précoce peuvent bénéficier d'une chirurgie ou d'une radiothérapie exclusive. Néanmoins, la majorité des tumeurs de l'hypopharynx sont diagnostiquées à un stade localement avancé et vont nécessiter des traitements combinés. Lorsque l'état général du patient le permet, un protocole de préservation laryngée est alors généralement proposé. Il comprend soit une chimiothérapie d'induction suivie d'une radiothérapie chez les patients répondeurs à la chimiothérapie, soit une radiochimiothérapie concomitante d'emblée. La pharyngolaryngectomie totale reste néanmoins le traitement de référence des tumeurs de stade T4a lysant les cartilages laryngés et en situation de rattrapage en cas de récidive locale après traitement conservateur. Malgré quelques progrès récents, le pronostic de ces cancers reste aujourd'hui particulièrement sombre, notamment du fait de la fréquence des métastases ganglionnaires et viscérales.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Cancer, Hypopharynx, Imagerie, Chimiothérapie, Radiothérapie, Chirurgie


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Lésions malignes du voile du palais
  • L. Fath, J. Perruisseau-Carrier, P. Schultz
| Article suivant Article suivant
  • Tumeurs parapharyngées
  • N. Fakhry

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.