Médecine

Paramédical

Autres domaines


Du mode d’accouchement à l’incontinence - 10/04/08

Doi : JGYN-12-2005-34-8-0368-2315-101019-200506157 

X. Fritel

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Depuis les débuts de l’enseignement de l’Obstétrique, l’accouchement est considéré comme la cause principale des troubles de la statique pelvienne. Les travaux épidémiologiques confirment généralement la prévalence plus importante de l’incontinence urinaire ou fécale après un accouchement.

L’analyse des données disponibles amène aux observations suivantes. L’incontinence urinaire par impériosité n’est pas associée au nombre de grossesses ou au mode d’accouchement. À âge égal, l’incontinence urinaire d’effort est plus fréquente chez les femmes accouchées par césarienne que chez les femmes sans enfants. À âge égal et parité égale, l’incontinence urinaire d’effort est plus fréquente chez les femmes accouchées par voie basse que chez celles accouchées par césarienne. Cependant cette différence disparaît avec l’âge, alors que l’incontinence urinaire d’effort apparue en cours de grossesse reste un facteur de risque 15 ans plus tard. Le seul essai randomisé disponible monte une prévalence supérieure de l’incontinence urinaire d’effort dans le groupe voie basse à 3 mois de l’accouchement, mais cette différence disparaît à 2 ans. L’incontinence fécale est plus fréquente après un accouchement surtout s’il est compliqué d’un forceps ou d’un périnée complet. Cependant à distance de l’accouchement la prévalence de l’incontinence fécale est similaire que l’accouchement ait été spontané, par forceps ou par césarienne.

Il existe donc un impact certain du mode d’accouchement sur la continence. Cependant, à distance de l’accouchement, l’influence de la grossesse et de l’accouchement s’amenuisent ; soit il existe un processus de réparation, soit la part des autres facteurs de risques (l’âge, la qualité des tissus) deviennent prépondérante. Le bénéfice sur la continence que pourrait apporter une césarienne programmée n’est pas démontré.

Abstract

From delivery mode to incontinence.

Vaginal delivery has been considered to be the main cause of pelvic static disorders since obstetric is taught. Epidemiological studies generally confirm the greater prevalence of urinary or fecal incontinence after delivery.

Analysis of available data lead to the following observations. Urge urinary incontinence is not associated with the number of pregnancies or the mode of delivery. At age equivalence, stress urinary incontinence is more frequent among women who delivered by C-section compared with women without children. Also at age equivalence, stress incontinence is more frequent in women who delivered by the vaginal route compared with those who had C-section. This difference disappears with age, while stress urinary incontinence during pregnancy is a risk factor 15 days later. The only published randomized trial demonstrated a higher prevalence of stress urinary incontinence three months after delivery in the vaginal route group, but this difference disappeared at two years.

Fecal incontinence is more frequent after delivery, especially in the event of forceps delivery. Nevertheless late after delivery, the prevalence of fecal incontinence is similar between spontaneous vaginal, forceps, or C-section delivery.

The mode of delivery thus has an impact on continence. However, late after delivery, the influence of pregnancy and delivery fades out either due to a process of repair or via the intermediary of other predominant risk factors (age, tissue quality). The beneficial effect of programmed C-section on continence has not been demonstrated.


Mots clés : Incontinence urinaire , Incontinence anale , Grossesse , Accouchement , Césarienne , Forceps , Périnée complet

Keywords: Urinary incontinence , Fecal incontinence , Pregnancy , delivery , Cesarean section , Forceps


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 8

P. 739-744 - décembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévention des anomalies de fermeture du tube neural
  • B. Khoshnood, B. Blondel
| Article suivant Article suivant
  • Complications urinaires des soutènements sous-urétraux
  • X. Deffieux, K. Bonnet, N. Chevalier, A. Gervaise, R. Frydman, H. Fernandez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.