Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Rhinosinusites fongiques des sinus maxillaires - 07/01/21

[22-038-A-10]  - Doi : 10.1016/S2352-3999(20)41814-X 
A. Lassausaie a, I. Barthélémy a, b, c,  : Professeur des Universités, praticien hospitalier
a Service de chirurgie maxillofaciale, chirurgie plastique de la face, chirurgie orale, Centre hospitalo-universitaire Estaing, 1, place Lucie-Aubrac, 63003 Clermont-Ferrand, France 
b Université d'Auvergne, URF de médecine et des professions paramédicales, place Henri-Dunant, 63001 Clermont-Ferrand cedex 1, France 
c Inserm U1107 Neuro-Dol, Trigeminal Pain and Migraine, Faculté d'odontologie, 63100 Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les infections fongiques des sinus maxillaires regroupent plusieurs entités pathologiques dont l'expression clinique varie de l'absence de symptôme à l'infection rhino-orbito-cérébrale mettant en jeu le pronostic vital. La compréhension des différentes formes cliniques est importante pour assurer le diagnostic et proposer une prise en charge adaptée. L'envahissement ou non de la muqueuse sinusienne par le champignon pathogène différencie les formes non invasives (colonisation, balle fongique, rhinosinusite fongique allergique) des formes invasives (aiguë, chronique ou granulomateuse). La balle fongique est le tableau clinique le plus fréquent parmi les rhinosinusites fongiques. Bien que la prise en charge chirurgicale soit largement admise, elle a toujours donné lieu à la confrontation de deux écoles : la voie ouverte versus l'endoscopie. La compréhension et le respect de la physiologique sinusienne ainsi que la prise en charge des portes d'entrée éventuelles (notamment dentaires) sont le garant d'une prise en charge efficace. Les rhinosinusites fongiques invasives aiguës sont à l'origine de tableaux cliniques graves chez des patients souvent immunodéprimés. Leur prise en charge urgente implique un diagnostic rapide, l'introduction d'un traitement antifongique intraveineux dès que le diagnostic est confirmé et un débridement chirurgical des tissus nécrotiques. Le pronostic reste sombre malgré une prise en charge rapide et adaptée. Afin d'éviter ce type d'infection, le dépassement de matériel d'obturation dentaire doit être évité. Le dépistage de corps étrangers et/ou de pathologies fongiques du sinus maxillaire doit être réalisé chez les patients à risque.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Rhinosinusite, Sinus maxillaire, Mycoses, Chirurgie endoscopique, Caldwell-Luc


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Fistules d'origine dentaire
  • L. Guyot, J.-M. Foletti, C. Chossegros, G. Thiery
| Article suivant Article suivant
  • Relations pathologiques entre l'œil et les dents : point de vue de l'ophtalmologiste
  • G. Ract Madoux, E. Agard, H. El Chehab, C. Dot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.