Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Différents profils de consommation de substances psychoactives en festival : premiers résultats de l’étude française OCTOPUS - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.035 
Marion Istvan 1, 2, , Marie Mainguy 1, Pauline Laigo 1, Benoit Schreck 3, Marie Grall-Bronnec 3, Vincent Eudeline 4, Jean-Emmanuel. Guillet 4, Manon Guillo 5, Laurent Babonnaud 6, Pascale Jolliet 1, 2, Caroline Victorri-Vigneau 1, 2
1 Service de Pharmacologie Clinique (Centre d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance - Addictovigilance), CHU de Nantes, 44093 Nantes, France 
2 UMR 1246 SPHERE (MethodS in Patients-centered outcomes and HEalth Research)–Universités de Nantes et Tours, France 
3 Service d’Addictologie et de Psychiatrie de Liaison, CHU de Nantes, France 
4 OPPELIA, association de prévention et de soin en addictologie, Nantes et St Nazaire, France 
5 Techno+Nantes, association de santé communautaire en milieu techno, Nantes, France 
6 AIDES Nantes, association de soutien et accompagnement des personnes, Actions de prévention et de réduction des risques du VIH/SIDA et des hépatites, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La consommation de substances psychoactives est très fréquente dans les festivals de musique avec une apparition récente de nombreuses nouvelles substances. Cependant, la consommation de substances chez les participants à des festivals de musique est encore peu connue car ces derniers ne consultent que rarement les structures de soins. L’observatoire OCTOPUS a été mis en place afin d’améliorer les connaissances sur la consommation des substances psychoactives dans les festivals de musique. L’objectif de l’étude présentée ici était de décrire et caractériser les profils de consommation de substances psychoactives en festival.

Méthodes

Les sujets ont été inclus parmi 13 festivals de musique (électronique, dub et éclectique) en Loire-Atlantique de juillet 2017 à juillet 2018. De nombreuses données ont été recueillies par questionnaire : sociodémographiques, consommation de tabac, alcool et substances psychoactives et sur la réduction des risques. Nous avons analysé dans cette étude la consommation de drogues illicites dans les 12 derniers mois afin de décrire la prévalence de consommateurs et de caractériser les profils de consommation par une analyse en classes latentes.

Résultats

Au total, 383 festivaliers ont été inclus en festival (47 % en électronique, 18 % en dub et 35 % en éclectique). Les participants aux festivals étaient jeunes (28 ans en moyenne) et majoritairement des hommes (65 %). De nombreux participants (82 %) ont rapporté avoir consommé des drogues illicites au moins une fois dans les 12 derniers mois, avec une majorité de consommation de cannabis (77 %). Nous avons identifié différents profils de consommation de drogues illicites (à l’exception du cannabis) : « pas ou peu de polyconsommation » (fréquence faible ou modérée de consommateurs de substances courantes : ecstasy/MDMA, cocaïne, LSD and champignons hallucinogènes) et « polyconsommation importante » (fréquence importante de consommateurs de substances courantes et fréquence faible ou modérée de consommateurs d’autres substances telles que le speed, la kétamine, les nouveaux produits de synthèse et les sédatifs).

Discussion

Nous avons mis en évidence une prévalence de consommation de drogues illicites élevée au sein de participants à des festivals de musique électronique, dub et éclectique. Certaines consommations de substances étaient uniquement rapportées dans le profil « polyconsommation importante ».

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 174 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Patients qui consultent dans un CEGIDD : quelles sont leurs consommations de substances psychoactives ?
  • Marylène Guerlais, Alix Renard, Rozenn Gorré, Marion Patoureau, Pascale Jolliet, Caroline Victorri-Vigneau
| Article suivant Article suivant
  • Antitussifs opiacés, les données d’addictovigilance avant et après le 12 juillet 2017
  • Valérie Gibaja, Emilie Jouanjus, Juliana Tournebize, Maryse Lapeyre-Mestre, et le Réseau Français d’Addictovigilance (French Addictovigilance Network, FAN)

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.