Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase : quand y penser et quelles précautions prendre ? - 04/06/08

Doi : 10.1016/j.reaurg.2008.03.005 
B. Mégarbane
Service de réanimation médicale et toxicologique, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 5010 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD) est le déficit enzymatique le plus répandu chez l’homme. La transmission génétique est liée au chromosome X et la plupart des sujets porteurs sont asymptomatiques. Plusieurs variants (environ 160 mutations différentes) ont été identifiés, avec une répartition géographique caractéristique. Les trois principaux sont le variant « A » retrouvé chez les sujets noirs, le variant « méditerranéen » associé à des manifestations cliniques généralement sévères et le variant « canton » des asiatiques. Le déficit en G6PD pourrait conférer aux porteurs une protection relative contre le paludisme. La majorité des mutations découvertes entraîne un déficit en G6PD du globule rouge en réduisant la stabilité de l’enzyme. Ces mutations touchent principalement la zone d’interface nécessaire pour former le dimère ou la zone d’interaction de l’enzyme avec la nicotinamide adénine dinucléotide phosphate réduite (NADPH). Le déficit s’exprime essentiellement chez l’homme hémizygote. Chez le nouveau-né, il peut être responsable d’ictère néonatal. Au cours de la vie, il peut occasionner une hémolyse aiguë à la suite d’un épisode infectieux ou d’une exposition à certains médicaments ou toxiques. Le favisme est l’expression la plus grave du déficit en G6PD chez le sujet méditerranéen. Ce déficit est également responsable d’une plus forte susceptibilité aux infections et est associé à une morbi-mortalité plus importante en cas de traumatisme ou de chirurgie cardiaque. La prise en charge est à ce jour essentiellement préventive ; il n’existe pas de traitement spécifique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Glucose-6-phosphate dehydrogenase (G6PD) deficiency is the most common X-linked genetic disorder in humans, though most deficient people remain non-symptomatic. Several G6PD variants (about 160 different mutations) have been identified with a characteristic geographical repartition. The three most frequent variants are the A– type in black people, the Mediterranean type with more severe clinical features, and the Canton type in Asians. G6PD deficiency may confer a relative protection against malaria infection in deficient people. The majority of G6PD mutations results in red cell enzyme deficiency by decreasing its stability. The more severe mutations mostly affect residues at the dimer interface involved in the enzyme stabilization as well as the structural interactions with reduced nicotinamide adenine dinucleotide phosphate (NADPH). Expression of G6PD deficiency mainly occurs in hemizygous males. In the newborn, G6PD deficiency may be responsible of neonatal jaundice. Throughout their life, deficient people are susceptible to acute hemolysis which can be usually precipitated either by an infection or certain drugs or toxicants. The most severe features result from eating Fava beans. Otherwise, G6PD is associated with an increased susceptibility to infections. Morbidity and mortality rates are more elevated in case of trauma or cardiac surgery. To date, management is supportive and no specific treatment is available.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD), Intoxication, Hémolyse, Oxydant, Anémie

Keywords : Glucose-6-phosphate dehydrogenase (G6PD), Poisoning, Hemolysis, Oxidant, Anemia


Plan


© 2008  Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 17 - N° 4

P. 399-406 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Déficit immunitaire commun variable
  • C. Fieschi
| Article suivant Article suivant
  • Comment est réalisé un typage HLA ?
  • V. Moalic

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.