Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Treatment of liver fibrosis: Clinical aspects - 30/10/09

Doi : 10.1016/j.gcb.2009.07.020 
P. Calès a, , b , J. Boursier a, b, J. Chaigneau a, b, F. Oberti a, b, M.-C. Rousselet b, c
a Service d’hépatogastroentérologie, CHU, 49933 Angers cedex 09, France 
b Laboratoire HIFIH, UPRES EA 3859, IFR 132, université, PRES UNAM, 49045 Angers cedex, France 
c Laboratoire d’anatomie pathologique, CHU, 49933 Angers cedex 09, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

The main objective of antifibrotic treatment is to avoid the complications of chronic liver disease where its cause cannot be treated. Three main therapeutic endpoints can be targeted: cause; comorbidity; and fibrosis. Antifibrotic treatment is any intervention independent of cause that is intended to modify the course and/or level of fibrosis through direct action on the mechanisms of fibrosis. Several modalities are here considered: reduction of fibrosis course; reversion of fibrosis; and reversion of cirrhosis. Semiquantitative histological staging and morphometry are complementary techniques for monitoring fibrosis. The degree of fibrosis should preferentially be estimated by fibrosis progression based on measurements taken at baseline and during treatment, rather than by raw static measurements. Surrogate markers are the only tools for assessing drug efficacy in clinical practice, and are especially useful for checking compliance and identifying poor or non-responders. We propose to define non-response as no decrease in fibrosis progression. The renin–angiotensin system is a good candidate target for antifibrotic treatment, and angiotensin-II type-1 receptor blockers, such as sartans, are probably effective. Clinical trials are currently ongoing using marketed drugs, while new multitargeted drugs are likely to emerge from basic research.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Le but principal du traitement antifibrosant est d’éviter les complications des hépatopathies chroniques où la cause ne peut pas être traitée. Trois principales options thérapeutiques peuvent être ciblées : la cause, les comorbidités et la fibrose. Le traitement antifibrosant doit être défini comme toute intervention indépendante de la cause et destinée à réduire l’évolution ou le niveau de fibrose grâce à une action directe sur les mécanismes de la fibrose. Plusieurs modalités doivent être considérées : une diminution de l’évolution de la fibrose, une réversion de la fibrose, une réversion de la cirrhose. Les classifications histologiques semi-quantitatives et la morphométrie sont des techniques complémentaires pour surveiller la fibrose. Le degré de fibrose devrait être préférentiellement estimé par la progression de la fibrose plutôt que par une mesure brute statique, à l’état basal et pendant le traitement. Les marqueurs de substitution seront le seul moyen de vérifier l’efficience du traitement en pratique clinique, en particulier pour vérifier la compliance et pour détecter la non ou la mauvaise réponse. Nous proposons de définir la non-réponse comme l’absence de diminution de la progression de la fibrose. Le système rénine-angiotensine est un bon candidat parmi les cibles des traitements antifibrosants : les inhibiteurs des récepteurs 1 de l’angiotensine II, comme les sartans, sont probablement efficaces. Des essais cliniques sont en cours avec des médicaments du marché, tandis que de nouveaux médicaments multicibles devraient émerger de la recherche fondamentale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 10-11

P. 958-966 - octobre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rationale and targets for antifibrotic therapies
  • D. Schuppan, Y. Popov
| Article suivant Article suivant
  • Spectroscopie par résonance magnétique : le nouveau standard pour quantifier la stéatose hépatique ?
  • B. Guiu, J.-M. Petit, P.M. Walker, R. Loffroy, P. Hillon, F. Brunotte, D. Krausé, J.-P. Cercueil

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.