Médecine

Paramédical

Autres domaines


Rein et produits de contraste iodés et gadolinés - 09/05/11

Doi : 10.1016/j.jradio.2011.02.017 
O. Clément , N. Faye, L. Fournier, N. Siauve, G. Frija
Service de radiologie, hôpital européen Georges-Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Chez l’insuffisant rénal, les produits de contraste iodés peuvent être responsables d’une insuffisance rénale aiguë et les produits gadolinés peuvent induire une fibrose systémique néphrogénique. L’injection doit donc être un acte médical réfléchi et l’évaluation de la fonction rénale prend une grande importance, bien que son estimation par des formules à partir de la créatininémie soit soumise à des fluctuations. Pour les produits iodés, la néphropathie induite (CIN) sera prévenue par une hydratation préalable, idéalement intraveineuse, quand la clairance de la créatinine est inférieure à 60 ml/min. Quand le produit de contraste est injecté par voie intraveineuse, le risque est moindre que par voie intra-artérielle et le seuil pour l’hydratation peut être abaissé à 45 ml/min. Pour les produits gadolinés, le groupe à risque de fibrose systémique est le patient en insuffisance rénale terminale ou en dialyse. Dans ces cas, l’injection d’un chélate de gadolinium n’est possible qu’après avoir mesuré le rapport bénéfice–risque, choisi un linéaire substitué ou un macrocycle et limité la dose à 0,1 mmol Gd/kg. Les recommandations européennes et américaines des agences de santé se sont rapprochées très récemment.

Objectifs pédagogiques : connaître les facteurs de risque de néphropathie induite par les produits iodés ; connaître les modalités d’hydration d’un patient à risque de néphropathie induite par les produits iodés ; connaître les critères diagnostiques de la fibrose systémique néphrogénique ; connaître la classification des produits de contraste gadolinés en fonction du risque de FSN ; connaître les contre-indications des différents groupes de produits de contraste gadolinés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

In patients with renal failure, iodinated contrast agents may cause acute deterioration of the renal function and gadolinium-based contrast agents (GBCAs) may cause nephrogenic systemic fibrosis (NSF). The administration of a contrast agent must thus be reviewed for each patient and evaluation of renal function is paramount even though its estimation using formulas derived from the creatinine level may fluctuate. For iodinated contrast agents, contrast induced nephropathy is reduced by hydratation, preferably intravenous, when the GFR is less than 60ml/min. The risk for intravenous injections is less than the risk for arterial injections, and the GFR threshold may be reduced to 45ml/min. For gadolinium-based contrast agents, patients at risk for NSF are those with end-stage renal disease and patients undergoing dialysis. In such cases, the injection of a gadolinium-based contrast agent is only considered after a risk-benefit analysis has been completed, an alternate linear or macrocyclic agent issued and the dose limited to 0,1 mmol Gd/kg. Recently, recommendations from US and European agencies have converged. Learning objectives: to be familiar with the risk factors of CIN with iodinated contrast agents; to be familiar with hydration procedures for patients at risk of CIN; to be familiar with the diagnostic criteria of NSF; to be familiar with the classification of GBCA with regards to the risk of NSF; to be familiar with the contraindications of the different groups of GBCA.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Produit de contraste, Insuffisance rénale, Bonnes pratiques, Dialyse

Keywords : Contrast medium, Renal failure, Good practice, Dialysis


Plan


© 2011  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 92 - N° 4

P. 291-298 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mesure de la performance rénale en imagerie : principes et limites
  • P.-H. Vivier, M. Dolores, J. Le Cloirec, M. Beurdeley, A. Liard, F. Elbaz, J.-B. Roset, J.-N. Dacher
| Article suivant Article suivant
  • Insuffisance rénale : stratégie diagnostique
  • J. Ifergan, L. Rocher, O. Hélénon, H. Oueslati, M.-F. Bellin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.