Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie et caractérisation des génotypes de papillomavirus humain dans une population de femmes à Ouagadougou - 26/10/11

Doi : 10.1016/j.jgyn.2011.05.012 
C.M.R. Ouedraogo a, , F.W. Djigma a, b, C. Bisseye a, b, c, T. Sagna a, b, c, M. Zeba a, b, c, D. Ouermi a, b, c, S.D. Karou b, c, d, V. Pietra b, c, e, F. Buelli b, c, N.W. Ghilat-Avoid-Belem b, c, K. Sanogo b, c, J. Sempore b, c, R. Moret b, c, S. Pignatelli b, c, J.-B. Nikiema a, b, c, J. Simpore a, b, c
a Université de Ouagadougou 07, BP 5252, Ouagadougou, Burkina Faso 
b Centre de recherche biomoléculaire « Pietro Annigoni » CERBA/LABIOGENE, Ouagadougou, Burkina Faso 
c Centre médical Saint-Camille, Ouagadougou, Burkina Faso 
d Université de Lomé, Togo 
e Universita da Brescia, Italie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Ce travail a été réalisé dans le but de déterminer la prévalence des différents génotypes de papillomavirus humain (HPV) dans une population de femmes venant en consultation gynécologique.

Patientes et méthodes

De mai à juin 2010, des prélèvements du col ont été réalisés chez 300 femmes venant en consultation gynécologique dans deux centres de santé à Ouagadougou. L’identification du génotype du HPV a été faite en utilisant la technique de réaction de polymérisation en chaîne (PCR) suivie d’une reverse hybridation sur des bandelettes nitrocellulosiques.

Résultats

Parmi les 73femmes (24,3 %) infectées par HPV, seulement 27,4 % (20/73) d’entre elles étaient infectées par un HPV à bas risque (BR) ; les 72,6 % (53/73) autres femmes étaient infectées par au moins un HPV à haut risque (HR). En cumulant les génotypes de HPV retrouvés sans tenir compte du nombre de femmes infectées, nous avons retrouvé en tout 84 HPV parmi lesquels nous avons des HPV à haut risque : HPV-50′S (26/84 soit 31,0 %), HPV-18 (12/84 soit 14,3 %), HPV-16 (9/84 soit 10,7 %), HPV-30′S (5/84 soit 5,9 %), HPV-HR (5/84 soit 5,9 %) et HPV-45 (3/84 soit 3,6 %) et des HPV à bas risque : HPV-6 (15/84 soit 17,9 %) et HPV-BR (9/84 soit 10,7 %). Nous n’avons retrouvé aucun HPV-11.

Discussion et conclusion

La prévalence de HPV retrouvé dans notre série est comparable à celle que l’on trouve dans reste du monde. Pour compléter cette étude, il serait nécessaire de rechercher la prévalence des HPV retrouvé dans les lésions du col au Burkina Faso.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

This work was carried out in order to determine the prevalence of different HPV genotypes in a population of women attending gynecological consultation.

Material and methods

From May to June 2010, cervical samples were obtained from 300 women attending gynecological consultation in two health centers in Ouagadougou. The strains of HPV genotyping was done using the technique of polymerase chain reaction (PCR) followed by reverse hybridization on nitrocellulose strips.

Results

Among the 73women(24.3%) infected with HPV, only 27.4% (20/73) of them were infected with a HPV low risk (BR), the 72.6% (53/73). Other women were infected with at least one high risk HPV (HR). By combining the HPV genotypes found without taking into account the number of infected women, we found a total of 84 HPV among whom we have high-risk HPV : HPV-50’S(26/84 or 31.0%), HPV-18 (12/84 or 14.3%), HPV-16 (9/84 or 10.7%), HPV-30’S (5/84 or 5.9%), HPV-HR (5/84 or 5.9%) and HPV-45 (3/84 or 3.6%) and low-risk HPV: HPV-6 (15/84 or 17.9%) and HPV-BR (9/84 or 10.7%). We have found no HPV-11.

Discussion and conclusion

The prevalence of HPV found in our series is comparable to that found in the world. To complete this study, it would be necessary to investigate the prevalence of HPV found in cervical lesions in Burkina Faso.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Papillomavirus humain, Génotype

Keywords : Human papilloma virus, Genotype


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 40 - N° 7

P. 633-638 - novembre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse de 12 à 14 semaines d’aménorrhée : étude rétrospective portant sur 126 patientes
  • V. Lavoué, L. Vandenbroucke, A. Grouin, E. Briand, E. Bauville, L. Boyer, P. Lemeut, O. Bernard, P. Poulain, K. Morcel
| Article suivant Article suivant
  • État des lieux en France de la prise en charge des utérus cicatriciels
  • A.-C. Sans-Mischel, C. Trastour, C. Sakarovitch, J. Delotte, E. Fontas, A. Bongain

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.