Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les troubles dépressifs chez les patients diabétiques du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech au Maroc - 11/10/12

Doi : 10.1016/j.encep.2012.01.010 
F. Manoudi a, , R. Chagh a, I. Benhima a, F. Asri a, A. Diouri b, I. Tazi a
a Équipe de recherche pour la santé mentale, service de psychiatrie, faculté de médecine et de pharmacie, université Caddi Ayyad, hôpital Ibn Nafis, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc 
b Service d’endocrinologie, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le diabète est une pathologie métabolique chronique fréquente qui touche 6,6 % des marocains. De nombreuses études épidémiologiques montrent que le diabète et les troubles dépressifs s’associent de manière non fortuite et se compliquent mutuellement.

Nous avons mené une étude transversale afin d’évaluer la prévalence de l’épisode dépressif majeur (EDM), de la dysthymie et de la double dépression chez les patients diabétiques et de tracer leur profil sociodémographique et médical.

Nous avons recruté 187 patients au niveau du service d’endocrinologie diabétologie et au niveau de la consultation diabétologie du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech (Maroc). Le diagnostic des troubles dépressifs était posé par le Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI) et leur sévérité évaluée par l’échelle Hamilton dépression (HAMD).

Le recueil des données sociodémographiques et des caractéristiques du diabète était fait par un hétéro-questionnaire.

L’âge moyen de nos patients était de 53±14ans, 71,2 % étaient de sexe féminin. L’EDM actuel était retrouvé chez 77 diabétiques, soit 41,2 % des patients. La dysthymie était présente chez 52 diabétiques, soit 27,8 % des patients et la double dépression était diagnostiquée chez 21,9 % des diabétiques. À l’échelle HAMD, tous les patients déprimés avaient une dépression d’intensité légère. La prévalence actuelle de l’EDM et de la dysthymie était plus importante chez les patients vus en consultation que chez les patients hospitalisés au service d’endocrinologie avec respectivement 57,1 %, contre 42,9 % et 61,5 %, contre 38,5 %. La dysthymie était prédominante chez les diabétiques de la tranche d’âge 46 à 55ans, les patients jamais scolarisés et chez les patients indemnes de toute pathologie chronique associée.

En conclusion, la prévalence importante des troubles dépressifs retrouvée chez notre population de diabétiques justifie leur recherche systématique par les médecins. Une prise en charge adaptée améliorerait le pronostic du diabète puisque l’existence d’un état dépressif chez un diabétique est associée à une moins bonne régulation glycémique, par conséquent un plus grand risque de complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Diabetes is a public health problem. Its global prevalence was 2.8% in 2000 and it will reach 4.4% in 2030 to be 366 million diabetics. In Morocco, this true “epidemic” affects 6.6% of the population. Many epidemiologic studies have shown that patients with diabetes are more susceptible to depression. Diabetes and depression align in a non-accidental way and complicate one another.

Patients and methods

We report a cross-sectional study conducted in association with the endocrinology department of the Mohammed VI university hospital during the period spread between April and September 2006. The aim was to evaluate the prevalence of depressive disorders in patients with diabetes and to describe their sociodemographic and clinical profile. The study included 187 patients. The scales used were the Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI) and Hamilton’s depression. Sociodemographics and diabetic characteristics were evaluated by self-questionnaire.

Results

The average age of our patients was 53±14 years and the percentage of females was high: 71.2%. Diabetes type 2 was the most representative (85.6%), diabetes type 1 (11.8%) and gestational diabetes (2.7%). Half of diabetics were treated with an association of healthy dietary measures (MHD) and oral anti-diabetics; 31.6% were under MHD and insulin therapy; 33.2% of patients had acute complications and 43.5% had degenerative complications. Only 11 patients (5.9%) had antecedents of depression. The prevalence of major depressive episode was 41.2%; 27.8% of patients suffered from dysthymia and 21.9% from double depression. Hamilton’s depression scale indicates that all depressed patients had mild depression (total of 17 items from 8 to 17). Major depressive episode and dysthymia were frequent in out patients. Dysthymia was predominant in diabetic patients in the 46 to 55 years age group, never been schooled and without any comorbidity. The vast majority of patients with EDM had type 2 diabetes with 89.6%, 7.8% type 1 diabetes and 2.6% gestational diabetes. Most of dysthymic patients had type 2 diabetes with 94.2% against 5.8% type 1 diabetes.

Discussion

The association of depression and diabetes was noted in the literature for the first time more than 300 years ago by the English doctor Willis. Compared to the population of non-depressed subjects, patients with depression may be more likely to develop type 2 diabetes. There would be an increase in the release of hyperglycemic hormones in depression, as in the stress response. In addition, patients with depression have insulin resistance during testing tolerance to insulin, and during testing tolerance to glucose. Other hypotheses explain that the depression/diabetes link included biological and genetic resources.

Conclusion

Diabetes and depressive disorders are public health problems due to their prevalence and their cost. The prevalence of major depressive disorders found among our population of diabetics justifies their research by doctors. The literature promotes appropriate care that would improve the prognosis of diabetes, as well as depression-increased mortality among diabetics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Épisode dépressif majeur, Dysthymie, Double dépression, Diabète, Prévalence

Keywords : Major depression, Dysthymia, Double depression, Diabetes, Prevalence


Plan


© 2012  L’Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 5

P. 404-410 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les prodromes des rechutes schizophréniques : étude descriptive et comparative
  • S. Bouhlel, Y. Jones, E. Khelifa, M. Msolly, W. Melki, Z. El-Hechmi
| Article suivant Article suivant
  • Limites et ambiguïtés juridiques du rôle des aidants familiaux
  • C. Hazif-Thomas, P. Thomas, M.-H. Tritschler-LeMaître, M. Walter

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.