Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Irrational beliefs and motherhood: “Hot cognitions” and their relationship to perinatal psychopathology - 06/04/13

Doi : 10.1016/j.jtcc.2013.01.003 
Stacey Callahan a, , Anne Denis b
a UFR de psychologie, OCTOGONE/CERPP, université de Toulouse-II–Le Mirail, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex, France 
b Laboratoire interuniversitaire de psychologie (LIP), université de Savoie, BP 1104, 73011 Chambéry cedex, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Ellis’ four basic irrational beliefs (IB) have been linked to the expression of different forms of psychopathology (depression, anxiety, etc.). The perinatal period can be a time for vulnerability for certain forms of psychopathology (e.g., postnatal depression). The objective of this study was to explore the relationship between IB and perinatal psychopathology. A subsample (n=140) from a longitudinal study (n=239) exploring perinatal psychopathology completed five questionnaires at 9 months postpartum. These included: the Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS), the Impact of Events Scale–Revised (IES-R), the Multidimensional Scale of Perceived Social Support (MSPSS), the Maternal Attitudes questionnaire (MAQ), and a Rational-Irrational Beliefs Scale (RIBS) developed to measure attitudes about ideal mothering for the use of this study (MRIBs). Results showed reasonable psychometric properties for the RIBS; correlations between the RIBS and the other scales were significant and open to meaningful interpretation. Of note, postnatal depression and severe stress appeared to be related to IB; perceived social support showed meaningful relationships with both IB (inverse correlations) and RB (positive correlations). The results suggest some preliminary evidence for a link between specific maternal cognitions about mothering and the manifestation of perinatal psychopathology. Further research is suggested to better understand this relationship and develop a more specific measure of IB during the perinatal period.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Problématique

Les cognitions jouent un rôle important dans l’expérience subjective du comportement et des émotions (Beck, 1976 ; Ellis, 1962 [1, 2]). Cela est d’autant plus le cas dans les situations où la détresse psychologique est plus élevée, notamment les situations stressantes. Pour Ellis (1994) [5], l’aspect cognitif est représenté par les croyances irrationnelles (CI) sous-jacentes à la manifestation de la psychopathologie; elles sont à distinguer des croyances rationnelles (CR) qui représentent des attitudes plus adaptées. Selon Ellis, il y a quatre CI de base qui sont connues dans la littérature comme les « cognitions chaudes ». Leur identification est essentielle afin de mieux comprendre comment l’individu traite les informations cognitives dans le contexte qui est le sien. Alors que la maternité est connue comme un « événement heureux » dans la vie d’une femme, cette expérience remplit néanmoins les critères pour constituer un événement majeur et stressant de vie (Lazarus, 1991 [3]). Comme c’est le cas pour tout événement majeur, la maternité peut s’accompagner d’une détresse psychologique ainsi que de la manifestation de la psychopathologie. Alors que la plupart des femmes s’adaptent bien à la maternité, les changements, tant au niveau physiologique que psychologique, peuvent les rendre vulnérables à la manifestation de problèmes émotionnels (Pitt, 1968 ; Cox, 1989 [14, 15]). En particulier, la recherche démontre que la maternité peut donner lieu à une dépression spécifique (dépression post-partum [DPP]) (Pitt, 1968 ; Cox, 1989 ; Cooper, 1988 [14, 15, 16]) et des études récentes ont trouvé un lien entre le vécu traumatique de l’accouchement et la manifestation de l’état de stress post-traumatique (ESPT) (Wijma et al., 1997 ; Creedy et al., 2000 ; Ayers et Pickering, 2001 ; Denis et al., 2011 [17, 18, 19, 20]). Peu d’études ont cherché à déterminer le rôle des cognitions dans la psychopathologie périnatale, alors qu’il est démontré que les croyances et les attentes autour de la naissance d’un enfant peuvent avoir un impact sur le vécu de l’accouchement (Quine et al., 1993 [21]). L’évaluation des CI selon le modèle d’Ellis est un domaine d’étude qui a suscité beaucoup d’intérêt ces dernières années. Une échelle de 12 items (Rational-Irrational Beliefs Scale [RIBS]) a été élaborée afin d’évaluer les CI et les croyances rationnelles (CR) selon la proposition de quatre CI de base dans la théorie d’Ellis (Montgomery et al., 2007 [23]). D’autres échelles, plus détaillées mais issues du même modèle d’Ellis, s’organisent autour de thèmes spécifiques (Gavita et al., 2011 ; O’Kelly, 2011 [25, 26]) et proposent des mesures uniquement basées sur les CI, dénotent de bonnes propriétés psychométriques. Cet article présente une étude qui cherche à explorer la manifestation de la psychopathologie pendant la période périnatale en fonction de l’expression des CI. La présentation d’un outil bref mesurant les CI et les CR selon le modèle d’Ellis et liées à la maternité (MRIBs) fait l’objet d’un objectif secondaire à ce travail.

Méthode

Les participantes étaient un sous-groupe de femmes ayant participé à une étude longitudinale sur le thème de la manifestation de l’ESPT pendant la période périnatale (Denis et al., 2011 [20]). L’échantillon (n=239) avait été sollicité quatre fois sur une période de neuf mois et seules les données de 140 participantes (59 % de l’échantillon total) ayant répondu à T4 (9 mois post-partum) ont été analysées pour les fins de cet article. Les participantes avaient en moyenne 30ans (ET=5,21ans) et étaient en majorité primipares (n=115; 63 %). De même, pour la plupart, elles exerçaient une activité professionnelle (n=115; 82 %) et presque toutes (n=137; 98 %) vivaient avec le père de l’enfant. Dans une large majorité (n=119; 85 %) les enfants sont nés à 37 semaines (ou plus tard); 110 femmes (79 %) ont accouché par voie basse et 30 (21 %) ont eu recours à une césarienne (soit planifiée, soit en urgence).

Résultats

Les données concernant l’outil sur les CI/CR ont révélé des alphas de Cronbach acceptables pour l’échelle CI et adéquats pour les CR. Ces corrélations démontrent un lien entre les CI et la DPP qui augmente avec le temps (de r=0,21 à T2 à r=0,31 à T4; p<0,05 pour les deux) ce qui est également trouvé par d’autres études sur la dépression générale (McDemut et al., 1997 ; Macavei, 2005 ; Solomon et al., 2003 [6, 10, 11]). De même, on note une corrélation modérée entre CI et les symptômes de l’ESPT à T3 (4 mois post-partum; r=0,26; p<0,05). Les CI sont également corrélés (r=0,29; p<0,05) avec le questionnaire d’attitudes maternelles (MAQ) ce qui suggère une validité de construit pour le MRIBs utilisé dans ce travail. Enfin, on retrouve des corrélations inverses entre la MSPSS (échelle multidimensionnelle du support social perçu) et les CI à T2 (r=−0,19; p<0,05) et des corrélations positives entre les CR et la MSPSS à T3 et T4 (respectivement: r=0,20; p<0,05 et r=0,19; p<0,05). Cela suggère que l’adossement des CR donne lieu à une perception plus positive du soutien disponible, ce qui est cohérent avec la théorie d’Ellis (1994) [5]. Cette étude présente des limites surtout en matière de nombre de participantes; l’échantillon est faible et les corrélations sont modérées. En outre, il est possible que la spécificité de la mesure MRIBs ne permette pas de bien rendre compte de l’éventail des CI possibles pendant la période périnatale. Les résultats invitent à une étude plus approfondie pour explorer les relations entre les CI et la psychopathologie périnatale. Un outil plus détaillé qui pourrait mieux rendre compte des CI pendant la période périnatale pourrait aussi s’avérer utile pour mieux comprendre ces relations.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Rational and irrational cognitions/beliefs, Maternity, Perinatal, Psychopathology

Mots clés : Croyances, Cognitions rationnelles, Cognitions irrationnelles, Maternité, Périnatalité, Psychopathologie


Plan


© 2013  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 23 - N° 1

P. 3-8 - mars 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La vie n’est pas juste : il est temps que tout le monde l’apprenne, même les parents
  • Didier Pleux, Stacey Callahan
| Article suivant Article suivant
  • Traitement du trouble d’anxiété généralisée chez des individus présentant un trouble bipolaire : un protocole à cas unique
  • Emmanuelle Thienot, Martin D. Provencher, Julie St-Amand

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.