Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Désescalade versus maintien du traitement antibiotique probabiliste dans les infections graves en réanimation - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.347 
C. Bechis 1, , M. Leone 1, K. Baumstarck 2, J.-Y. Lefrant 3, J. Albanèse 4, S. Jaber 5, A. Lepape 6, J.-M. Constantin 7, L. Papazian 8, N. Bruder 9, B. Allaouchiche 10, K. Bézulier 11, F. Antonini 1, J. Textoris 1, C. Martin 1
1 Anesthésie-Réanimation, Hôpital Nord 
2 Unité d’Aide Méthodologique à la Recherche Clinique et Épidémiologique, Aix-Marseille Université, Marseille 
3 CHU de Nîmes, Nîmes 
4 Hôpital Conception, Marseille 
5 Hôpital St-Éloi, Montpellier 
6 CHU Lyon Sud, Lyon 
7 CHU Estaing, Clermont-Ferrand 
8 Réanimation médicale, Hôpital Nord 
9 Hôpital Timone, Marseille 
10 Hôpital Édouard-Herriot, Lyon 
11 Centre d’Investigation Clinique, AP–HM, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La désescalade de l’antibiothérapie probabiliste est une des stratégies recommandées [1] pour éviter l’émergence de pathogènes résistants aux antibiotiques. Toutefois, aucune étude randomisée n’a montré un bénéfice en termes d’efficacité et de sécurité pour le patient [2]. Nous avons donc comparé une stratégie de désescalade de l’antibiothérapie probabiliste versus son maintien chez les patients en sepsis sévère en réanimation.

Matériel et méthodes

Parmi les patients, 116 ont été inclus et randomisés en un groupe Désescalade ou un groupe Maintien de l’antibiothérapie probabiliste dans cet essai multicentrique, prospectif, de non-infériorité avec l’accord du Comité de Protection des Personnes Sud Méditerranée I. Le critère de jugement principal était la durée d’hospitalisation en réanimation. Les objectifs secondaires étaient la mortalité à 90jours, la survenue de défaillance d’organe, la survenue d’une nouvelle infection et le nombre de jours sous antibiotiques durant le séjour en réanimation. Un consentement éclairé était signé par le patient ou par la personne de confiance avant inclusion.

Résultats

La durée d’hospitalisation en réanimation à partir du jour d’inclusion était de 15 (±15) jours pour le groupe Désescalade et de 12 (±13) jours pour le groupe Maintien (p=0,71). Il n’y avait pas de différence significative concernant la mortalité, la durée de ventilation mécanique ou de choc, ou le nombre de défaillance d’organe. Seize (27 %) patients ont présenté une nouvelle infection après l’inclusion dans le groupe Désescalade versus 6 (11 %) patients dans le groupe Maintien (p=0,03). La durée cumulée des différents traitements antibiotiques au cours de l’étude était de 14 (±13) jours pour le groupe Désescalade contre 10 (±7) jours pour le groupe Maintien (p=0,11).

Discussion

En termes de durée de séjour en réanimation, la non-infériorité de la procédure de désescalade de l’antibiothérapie probabiliste n’a pas pu être démontrée dans cette étude. Il est important de tester à nouveau la sécurité de la procédure de désescalade par d’autres études prospectives et randomisées, mais également de pouvoir conclure sur l’émergence de bactéries multi-résistantes, ainsi que les coûts de prise en charge associés aux deux procédures.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A206 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs clinico-biologiques associés au risque d’échec d’un traitement par gentamicine en réanimation
  • S. Torkmani, S. Ledochowski, F. Wallet, J. Bohé, V. Piriou, A. Friggeri
| Article suivant Article suivant
  • Administration des aminoglycosides en réanimation : étude de pratique en 2013
  • B. Nucci, C. Roger, C. Aubert, J.-Y. Lefrant, L. Muller

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.