Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comparaison de 2 techniques de conservation des greffons de donneurs décédés d’un arrêt cardiaque - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.464 
C. Delsuc , A. Faure, X. Matillon, V. Labeye, G. Marcotte, C. Guillaume, O. Martin, B. Floccard, T. Rimmelé
 Service d’anesthésie-réanimation, Hôpital Édouard-Herriot, Hospices Civils de Lyon, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La pénurie d’organe est un problème majeur de santé publique. Notre institution a développé le prélèvement à partir de Donneurs Décédés d’un Arrêt Cardiaque (DDAC) afin d’augmenter le nombre de greffons [1]. Cette technique pose le problème de la conservation in situ des organes pendant la période d’ischémie chaude. Afin de minimiser les dommages causés au greffon, deux méthodes de conservation existent : la technique par sonde de Gillot et la circulation régionale normothermique (CRN). Le centre de prélèvement DDAC de notre institution a débuté son activité en septembre 2006 avec la sonde de Gillot, puis la CRN à partir de janvier 2010. L’objectif de cette étude était de comparer ces 2 techniques sur l’activité de prélèvement et sur la fonction à court terme des greffons rénaux.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective, observationnelle, monocentrique de septembre 2006 à septembre 2013. Tous les patients DDAC potentiels admis dans le service étaient inclus ainsi que tous DDAC greffés. Les données suivantes étaient recueillies : nombre de donneurs proposés, âge et sexe des donneurs, nombre de donneurs prélevés, motif de non-prélèvement. Le motif de non-prélèvement était classé en 3 catégories : patient hors critères (dont des délais trop importants), refus de la famille ou famille injoignable et problèmes liés à la technique. Chez les patients greffés à partir de DDAC, les éléments suivants ont été recueillis : non-fonction primaire du greffon (NFP), retard de reprise de fonction du greffon, durée de l’hémodialyse (HDI) post-greffe, créatininémie à 3 mois, délai pour une diurèse>1000mL, et durée d’hospitalisation post greffe. Un test de Fisher, de Mann–Whitney et du Chi2 étaient réalisés.

Résultats

Durant la période d’étude, 110 patients ont été proposés comme DDAC potentiels. L’âge moyen était de 43 ans±9,13 et 85 % étaient des hommes (Fig. 1). Au total, 47 patients ont été greffés à partir de DDAC. Trente-deux patients ont été greffés lors de la période « Gillot » et 15 lors de la période « CRN » (Tableau 1).

Discussion

L’utilisation de la CRN s’est accompagnée d’un accroissement des problèmes techniques ne permettant pas le prélèvement. Le faible effectif de patients peut expliquer que la technique CRN soit moins maîtrisée par l’équipe médico-chirurgicale. Contrairement à d’autres équipes, cette étude ne retrouve pas de reprise plus précoce de la fonction rénale lors de l’utilisation de la CRN. Cela peut possiblement être expliqué par cette augmentation des problèmes techniques [2].

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A275 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt du scanner corps entier sur la qualification des organes avant prélèvement multi-organe
  • L. Dube, E. Berthier, C. Ridereau-Zins, E. Rineau, J.-P. Jacob, C. Aube, S. Lasocki
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la spectroscopie de proche infrarouge dans l’évolution vers un état de mort encéphalique : étude observationnelle prospective
  • M. Koopman, A. Nadji, S. Mirek, N. Opprecht, J.-C. Combes, N. Defrance, C. Girard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.