Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude de la prévalence du syndrome d’hyperventilation chez les patients atteints d’un syndrome du nez vide - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.468 
D. Mangin 1, , A. Coste 2, F. Zerah 3, E. Béquignon 2, J. Papon 4, M. Devars du mayne 1
1 Centre Hospitalier intercommunal de Créteil, Paris, France 
2 Centre hospitalier intercommunal de Créteil, Créteil, France 
3 Centre hospitalier Henri-Mondor, Créteil, France 
4 Centre hospitalier intercommunal de Créteil, Bicêtre, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

Les patients atteints d’un syndrome du nez vide (SNV) se plaignent souvent d’une dyspnée chronique, pouvant potentiellement correspondre à un syndrome d’hyperventilation (SHV). L’objectif principal de ce travail est d’évaluer la prévalence du SHV chez les patients présentant un SNV.

Matériel et méthodes

Cette étude prospective monocentrique a inclus successivement tous les patients majeurs présentant un syndrome du nez vide de septembre 2013 à avril 2014. Dans un contexte de chirurgie endonasale antérieure (turbinoplastie, turbinectomie, septoplastie ou méatotomie),le SNV était défini par i/deux des symptômes suivants : obstruction nasale paradoxale, douleur nasale, sensation de vide nasale, sécheresse nasale ou pharyngée, ii/sans image sinusienne scannographique pouvant expliquer ces symptômes, iii/sans résistances uninasales élevée (<6) en rhinomanométrie. Les critères d’exclusion étaient les contres indications au test d’hyperventilation (drépanocytose homozygote, cardiopathie ischémique, insuffisance respiratoire hypercapnique). Le SHV était évalué subjectivement par le score de Nijmegen (évoquant un SHV si supérieur 23/64) et objectivé par un test d’hyperventilation positif (pression télé-expiratoire en CO2 (PetCO2) après 3minutes d’hyperventilation suivie de 3minutes de repos<à 30mmHg ou<à 90 % de la PetCO2 de repos). En cas de positivité du test d’hyperventilation, un bilan comprenant des explorations fonctionnelles respiratoires, une radiographie de thorax et une mesure de VO2 maximale étaient réalisés pour écarter les autres causes de dyspnée, notamment cardio-pulmonaire. Le diagnostic de SHV était retenu si ces derniers examens étaient normaux.

Résultats

Sur les 12 patients atteints d’un SNV inclus jusqu’en avril 2014, 9 avaient un test d’hyperventilation positif, soit une prévalence de 75 %. Dans ce groupe 5 patients avaient des manifestations cliniques attribuables au SHV avec un score de Nijmegen supérieur à 23. Parmi les 3 autres patients, un présentait un trouble diffusif pulmonaire secondaire à un tabagisme sevré et deux ne se plaignaient pas de dyspnée.

Conclusion

Ces résultats préliminaires évoquent une prévalence élevée (75 %) du SHV chez les patients atteints de SNV. Les symptômes du SHV laissent penser qu’ils pourraient partager, en partie, une physiopathologie commune avec le SNV.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A97 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Eléments de compréhension concernant l’hamartome naso-sinusien
  • C. Nagouas, P. Bastier, A. Lechot, L. De Gabory
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation du traitement du syndrome du nez vide par implantation sous muqueuse de Tricalcium-phosphate selon la méthode d’Eyries
  • P. Bastier, A. Lechot, D. Dunion, C. Nagouas, L. De Gabory

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.