Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Nutrition clinique et métabolisme
Volume 30, n° 3
page 273 (septembre 2016)
Doi : 10.1016/j.nupar.2016.09.118
Journées francophones de nutrition, Marseille 2015

Impact des traits psychologiques et comportementaux sur l’adhésion à une prise en charge pluridisciplinaire de l’obésité
 

S. Hossen 1, , M. Monsaingeon-Henry 2, F. Mathias 2, B. Gatta-Chérifi 2
1 Médecin généraliste remplaçante, Bordeaux, France 
2 Endocrinologie, diabétologie, maladies métaboliques et nutrition, CHU Haut-l’Évêque, Pessac, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction et but de l’étude

L’adhésion à une prise en charge hygiénodiététique de l’obésité est difficile. L’objectif de cette étude est de caractériser les traits comportementaux en fonction des résultats de la prise en charge.

Patients et méthodes

Entre 2009 et 2011, 464 patients obèses (IMC : 42,8±7,6kg/m2 ; 351 femmes, 113 hommes ; âge 45,9±14,3ans) ont bénéficié d’une prise en charge multidisciplinaire pendant un an. L’anxiété, la dépression (HAD, Beck), la qualité de vie (Orwell), et le comportement alimentaire (TFEQ) ont été évalués au début de la prise en charge.

Résultats et analyse statistique

Deux-cent-vingt-sept patients (48,9 %) ont arrêté le suivi avant un an. Les scores de dépression évalués par l’échelle HAD (6,6 contre 5,8, ±3,8 ; p =0,019), et l’échelle de Beck (9,2 contre 7,9,±6,1 ; p =0,028) sont plus élevés chez ces patients. Les patients ayant arrêté le suivi sont plus jeunes (43,8±14,8ans contre 47,9±13,5ans ; p =0,002), et en majorité des femmes (52,7 % de femmes contre 37,2 % d’hommes ; p =0,004). Par ailleurs, les patients ayant perdu du poids à la fin du suivi ont un score de restriction au TFEQ significativement plus bas que celui des patients n’ayant pas perdu de poids (9,15 contre 8,06, ±3,95 ; p =0,048).

Conclusion

Les patients ayant des scores de dépression élevés pourraient bénéficier d’un soutien psychologique renforcé afin d’améliorer leur adhésion au suivi de l’obésité. Le développement d’ateliers thérapeutiques ciblés sur la restriction alimentaire chez les patients concernés complèterait leur prise en charge. Enfin, un accompagnement spécifique des patients en fonction de leur âge et de leur sexe optimiserait leur suivi.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2016  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline