Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction
Vol 26, N° 3  - juin 1997
p. 228
Doi : JG-06-1997-26-3-0368-2315-101019-ART87
In Memoriam : Yves Malinas
 

In Memoriam

GY103

Yves Malinas
1923-1997

Yves Malinas nous a quittés le 20 janvier 1997, au terme d'une très douloureuseépreuve.

Une amitié réciproque d'exception nous avait rapprochés pendant près de cinqdécennies. C'est pourquoi nous pouvons témoigner des qualités exceptionnelles de cepersonnage : intelligence acérée, culture profonde et diversifiée.

Malinas a commencé ses études de Médecine à Limoges. Nommé Externe des Hôpitauxde Paris en 1942, il est brillamment nommé à l'Internat, deuxième de son concours en1947.

Déjà, l'Obstétrique et la Gynécologie ont été choisies sous l'influence duProfesseur Vaudescal, Chef de Service à l'Hôpital de Neuilly.

Ses principaux Maîtres en Internat parisien furent le Professeur-Doyen Gaston Cordier,le Professeur Pierre Mocquot, le Professeur Funck-Brentano, le Professeur Maurice Lacommeet le Professeur Louis Portes.

Pendant nos quatre années d'internat, chaque semaine, une &laqno; sous-colle +nous réunissait en vue de la préparation au concours d'Assistanat. Lorsqu'il seprésenta à ce concours en 1952, malgré tous les pronostics, il est nommé, à lasurprise générale. Il exercera ces fonctions à l'Hôpital Bichat, tout en assumantégalement les fonctions de Chef de Service à la Maternité de l'hôpital de Gonesse.

Cette nomination paraissait bien lui ouvrir toutes les portes du futur à Paris, maisune cruelle déception l'attendait. Reçu, il se présente à son patron : &laqno; MonBon Malinas, je vous félicite pour cette brillante nomination : elle vous ouvre de bellesperspectives pour un poste en province ou à l'étranger +. Consternant !

A cette grande désillusion, s'ajoutaient quelques problèmes de santé mais aussi,comme tout au long de sa vie, de gros soucis matériels.

Ce sera le départ d'un très original parcours qui le conduira successivement auCaire, à Beyrouth, puis à Besançon et à Grenoble.

A l'Hôpital Français du Caire, il restera quatorze mois, rénovera le Service,bousculera les coutumes d'immobilisme, mais cette restauration aura peu d'avenir; ledébarquement fâcheux des troupes françaises à Suez mettra fin à l'avenir de cethôpital.

A Beyrouth, les tentations sont grandes. Il y a un grand hôpital français,l'Hôtel-Dieu, une Faculté française active. Il va trouver là, immédiatement, de quoidonner toute sa mesure, à la fois dans l'activité hospitalière et dans l'enseignementuniversitaire. Cette oeuvre sera poursuivie de 1954 à 1959. Cela lui vaudra de se voirdécerner, par le Président de la République Libanaise en personne, la décoration del'Ordre du Cèdre.

En 1959, pour différentes raisons familiales et devant l'instabilité de la situationau Liban, il décide de rentrer : un poste universitaire lui est offert à Besançon.

Ce sera une période d'intermède, moins active sur le plan de l'enseignement et de lavie hospitalière; il la mettra à profit pour tourner ses regards et sa curiosité versd'autres sujets : la Paléontologie, la place de la Médecine et des Sciences dansl'oeuvre de Zola, etc.

En 1968, il reprend, à Grenoble, la chaire de Gynécologie-Obstétrique et ladirection de la Maternité du CHU. Il y restera jusqu'en 1992, montrant là, également,toutes ses qualités d'organisateur et d'enseignant.

En 1991, au soir de sa retraite officielle, il m'écrivait : &laqno; Il m'estagréable, après 22 ans d'activité, dans un hôpital dont la Maternité étaitconsidérée par les médecins de ville comme dangereuse, après avoir non seulement assisla réputation de cette Maternité, mais créé une seconde Maternité, et après avoirfait de Grenoble une Ecole Obstétricale dont sont sortis, non seulement les accoucheursqui exercent aujourd'hui à Grenoble, mais une quarantaine de Chefs de Service à traverstoute la France et une centaine d'obstétriciens en secteur privé... de me voirrécompensé par le rejet de ma candidature au poste de Consultant +. Nous laissons ànos Collègues, membres de la Commission d'Etablissement de Grenoble, le soin des'interroger sur cette glorieuse décision.

La fin de sa carrière hospitalo-universitaire ne pouvait clore une vie professionnelleaussi active.

Il avait préparé son repli dans une petite ville du Comtat-Venaissin : une charmanteferme, agréablement restaurée, devait lui préparer un cadre agreste pour les dernièresannées de sa vie; une installation studieuse y était aménagée dont, hélas, il n'aguère profité.

S'intéressant à tout ce qui l'entourait, il était déjà merveilleusement intégrédans la vie de la région, ainsi qu'en a témoigné la nombreuse assistance présente àses obsèques. Il avait trouvé là le repos, une grande sérénité, après une viedifficile, hérissée d'obstacles. &laqno; Combien de fois +, disait-il, &laqno;ai-je dû remonter le rocher de Sisyphe ! +

Il travaillait là sans relâche, à s'instruire, à écrire, à publier. A quelquessemaines de sa fin, dont il était parfaitement conscient, il s'inquiétait des derniersdossiers inachevés laissés sur son bureau...

Yves Malinas fut un bâtisseur : il affectionnait relever les ruines, ainsi qu'enatteste la remise en route de deux grands services hospitalo-universitaires. A Beyrouth,il fallait réduire la mortalité maternelle et infantile, faire disparaître lamortalité après césarienne, sauver de la mort 140 ruptures utérines, parvenues detoute la région, sauver des prématurés. Il y parvint par une étude attentive descauses, par de petits moyens (création d'une banque de sang placentaire, constructiond'incubateurs multiplaces), par la rigueur d'application des stratégies adoptées.

Il tenait pour essentiel le maintien de nos connaissances obstétricales de base,héritées de nos anciens, en matière de mécanique du travail et de manoeuvresobstétricales. Il a plaidé toute sa vie pour la nécessaire harmonisation de cesconnaissances avec l'apport des méthodes nouvelles.

Ses compétences chirurgicales, du plus haut niveau, assises sur des travauxanatomiques et une grande dextérité, l'ont autorisé toute sa vie à faire face àtoutes les situations obstétricales ou chirurgicales.

Ses écrits sur la chirurgie par voie vaginale resteront légendaires et, notamment,ses travaux concernant l'hystérotomie vaginale.

Enseigner était pour lui un plaisir suprême. Il y excellait, doué d'une parolefacile, d'une clarté d'exposition inégalée. Il ajoutait à cela une préparationultra-minutieuse et une aptitude à répondre à toutes les questions, dans un discoursnet mais parfois impitoyable.

Ces hautes qualités devaient d'abord lui permettre la formation de nombreux élèves,aptes à devenir d'excellents praticiens, des Chefs de Service réputés. Il en fut ainsià Beyrouth, Besançon, et surtout à Grenoble.

Il en fut de même pour le monde des sages-femmes auquel il s'intéressa toujours,dirigeant les écoles de sages-femmes des trois universités auxquelles il a appartenu, etétant membre du Conseil National de l'Ordre des Sages-Femmes.

Ses qualités d'enseignant ne devaient pas se limiter au cercle hospitalier. Par descentaines de conférences, il se tailla une réputation d'enseignant exceptionnel danstout le monde médical francophone. Ses articles, dans

Le Concours Médical, LaPratique Médicale, Le Quotidien du Médecin

et bien d'autres journaux, sont restéslégendaires.

A la fois tolérant et ferme dans ses convictions, il savait merveilleusement animerles débats. L'étendue de ses connaissances, constamment renouvelées, diversifiéesau-delà même de notre spécialité, l'autorisait à s'attaquer à une multitude desujets, qu'il savait, par un patient travail, adapter à l'auditeur, au lecteur nonpréparé.

Son désir passionné de culture l'entraînera dans d'autres domaines. Des certificatsde Biologie Générale, de Zoologie Approfondie, et de Paléontologie lui ouvrent la voievers une aventure originale : étudier, dans le cadre de la biologie comparée,l'accouchement chez les préhominiens, en collaboration avec l'Université deWitwatersrand, en Afrique du Sud; et ce travail sera complété par des étudesanatomiques, au Museum d'Histoire Naturelle, sur des chimpanzés et des gorilles.

Sa curiosité l'amènera à s'intéresser, dans l'oeuvre de Zola, aux connaissances del'époque en matière de génétique. Il va étudier avec minutie les textes de l'auteur,les comparer avec les connaissances scientifiques et médicales de ce temps, pourmagnifier l'oeuvre de l'écrivain, exposant les notions d'hérédité. Ce sera l'occasiond'une thèse à la Faculté des Lettres de Vincennes et de diverses conférences dans lesmilieux médicaux, psychiatriques, historiques, ou purement littéraires.

Toujours très pénétré de la continuité historique de l'Art médical, il avaittoujours accordé une grande attention aux écrits de nos illustres prédécesseurs del'Antiquité. Sa connaissance renouvelée du grec classique l'autorisa, en collaborationavec un groupe d'hellénistes, à reprendre et adapter la traduction des oeuvres deSoranos d'Ephèse. Les textes de cet auteur du IIe siècle après J.-C. furent à la basede l'éducation obstétricale pendant près d'un millénaire.

Une ouverture d'esprit rarement rencontrée, une mémoire redoutable, une cultureétendue dans le temps et dans le champ des connaissances, lui donnaient l'occasion declasser toutes ces notions de façon harmonieuse et en firent un homme de grande culture,ce dont il usait avec discernement.

Homme par ailleurs discret, il était d'une infinie bonté, d'un humour exceptionnel.Il a défendu le caractère sacré de l'être humain avec dignité et sérénité. Fidèleà ses idéaux, il a su faire face, en quelques périodes noires, aux injustices, voire aufanatisme et à l'intolérance. Pour nous, il était devenu une référence intellectuelleet morale.

L'ensemble du monde gynécologique et obstétrical de langue française se joint ànous pour témoigner de notre infinie tristesse, espérant que son message sera entretenuavec ferveur par ses amis innombrables, ses élèves dispersés de par le monde, et lessiens. Que Madame Malinas et ses enfants nous permettent de nous associer à leur douleuret de leur adresser nos affectueuses condoléances.

Jean Senèze

Agrégé de l'Université,

Chef de Service Honoraire de

l'Assistance Publique de Paris





© 1997 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline