Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction
Vol 26, N° 8  - décembre 1997
p. 825
Doi : JG-12-1997-26-8-0368-2315-101019-ART67
Fait clinique Allergie gynécologique au liquide spermatique
 

S. Jacob, J. Levêque, J. Dugast, P. Minoui, M. Delaval
Fait clinique

J Gynecol Obstet Biol Reprod 1997; 26 : 825-827.

Allergie gynécologique au liquide spermatique
A propos d'une observation
S. Jacob *, J. Levêque *, J. Dugast *, P. Minoui **, M. Delaval**, J.-Y. Grall *

* Service de Gynécologie B (Pr J.-Y. Grall), CHRU, Rennes.

** Service de Pneumologie (Pr Ph. Delaval), CHRU, Rennes.

RÉSUMÉ

L'allergie au sperme est évoquée devant des vulvovaginitesà répétition provoquées par un contact sexuelavec le liquide spermatique. Une réaction d'hypersensibilitéde type 1 est la plus fréquemment rencontrée, révéléepar le Prick-test (test d'hypersensiblité immédiate cutanéo-muqueux).En cas de manifestations systémiques les IgE spécifiques circulantespeuvent être élevées. Le traitement est palliatif (rapportsprotégés, applications locales de crèmes antihistaminiques)ou fait appel à la désensibilisation surtout en cas de manifestationsgénérales. Outre l'inconfort pour le couple que représentecette affection rare, des infertilités d'ordre immunologique peuventy être associées.

Mots-clés :

Allergie * Liquide spermatique * Vulvovaginite.

SUMMARY : Seminal fluid allergy : a case report.

Seminal fluid allergy is a possible diagnosis in front vulvovaginal inflammationsoccurring rapidly after coitus. The type I reaction (revealed by the immediatehypersensitivity Prick-test) is most frequently encountered. In case ofsystemic symptoms, the circulating Ig E specific antibodies can be increased.Treatment is palliative (condoms, antihistamines cream). In case of systemicdisease, desensibilisation can be proposed. This unfrequent but uncomfortablesyndrome is also in question in some cases of immunologic infertility.

Key words :

Allergy * Seminal fluid * Vulvovaginitis.

L'allergie au sperme a été rapportée pour la premièrefois par Specken [1] en 1958 mais cette allergie reste rare, une quarantainede cas ayant été décrits dans la littérature.

Dans la plupart des cas, il s'agit d'une réaction d'hypersensibilitéde type1, mais quelques cas d'hypersensibilité de type 3 et 4 ontété rapportés. L'antigène responsable de cetteréaction appartient à une famille hétérogènede glycoprotéines, commune au liquide séminal de l'homme,dont le poids varie entre 10 et 30 kDa [2]. A l'occasion d'une observationpersonnelle, nous en rappellons le diagnostic et la prise en charge.

OBSERVATION

Une patiente de 29 ans a été adressée en consultationpour des infections vaginales à répétition. Elle neprésentait aucun antécédent général notable,était régulièrement réglée sans contraceptionestro-progestative, n'avait jamais eu de grossesse.

La symptomatologie a débuté avec des rapports sexuels réguliersavec toujours le même partenaire, à type de douleurs, avecoedème et sensations de brûlures vaginales survenant quelquesinstants après le coït. Cette réaction locale ne disparaissaitqu'en 24 à 48 h.

Le premier diagnostic retenu a été celui d'infections vaginalesà répétition devant la présence d'un streptococcusB au prélèvement vaginal, et l'absence d'autres germes (recherchebactériologique, virologique, parasitologique et mycologique). Untraitement par antibiothérapie locale a été instauré.Ce traitement n'aura amélioré les symptômes que pendantun à deux mois. L'examen clinique était normal mais l'interrogatoirea permis de retrouver la notion d'une amélioration des signes àl'arrêt de la contraception orale avantageusement remplacéepar le coïtus interruptus. Il est proposé au couple une «épreuve thérapeutique » consistant en la reprise derapports complets protégés et non protégés.Ce test clinique a conduit à évoquer un phénomèneallergique à l'encontre du liquide séminal, sans allergieassociée au latex, avec un classique cofacteur hormonal. Des examenscomplémentaires immunologiques ont conforté le diagnostic:

-- mise en évidence d'une sensibilisation aux acariens et auxpoils de lapin sans histoire clinique;

-- Prick-test positif avec le liquide séminal de son partenaire,le test croisé étant négatif avec un liquide séminaltémoin;

-- le dosage des IgE totales : 177 kUI/l.

Il s'agissait donc d'une allergie au sperme, avec réaction loco-régionalenon systémique comme en témoignait les faibles taux d'IgEtotales. Les rapports protégés conseillés au coupleont été suffisants leur permettant un épanouissementmutuel.

DISCUSSION

L'allergie au liquide séminal est une pathologie rare, mais invalidante.Elle est souvent associée à un terrain atopique et seraitsecondaire à un déficit en facteurs d'immunosuppression normalementprésents dans les sécrétions génitales. La grossesse,la chirurgie gynécologique, les infections, les vasectomies entraîneraientun déficit en ce facteur immunosuppresseur, et ainsi peuvent êtreretrouvées à l'origine de l'allergie au sperme [3-4]. Lesmanifestations cliniques les plus fréquentes sont de nature inflammatoirepeu spécifique : démangeaisons, brûlures, oedème,parfois associées à une éruption, au niveau vaginalet vulvaire. Quelques cas de réactions anaphylactiques généralisées(oedème de Quincke, urticaire) ont été décrits,ainsi que des éruptions bulleuses, des hyperpigmentations [5]. Dansla série de Presti et Druce [6] 7 patientes sur 32 ont présentédes réactions anaphylactiques importantes. La probabilitéd'aggravation sur le mode systémique ne peut être chiffrée,et les réactions locales peuvent précéder de plusieursmois ou années les réactions systémiques. C'est enfait l'interrogatoire qui va permettre de suspecter le diagnostic, les signesétant récurrents à chaque rapport. Un bilan allergologiqueest nécessaire comprenant :

-- un test d'hypersensibilité immédiate : le Prick-testéventuellement complété par une intra-dermo-réaction.L'allergène est déposé sur la peau après uneeffraction dermique : la réaction est observée localement15 à 20 min plus tard. Ce test met en évidence la présenced'IgE spécifiques vis-à-vis de l'allergène, présenteune bonne spécificité, mais une sensibilité médiocre.

-- puis un dosage des IgE spécifiques (réaction antigèneanticorps), soit par la méthode du radio-allergo-Sorben-test (dosagesemi-quantitatif), soit par les méthodes immuno-enzymatiques (dosagequantitatif) les plus utilisées actuellement. Le dosage des IgE spécifiquesne concerne que les IgE circulantes, et peut être négatif enl'absence de réaction systémique associée.

Les résultats du bilan allergologique doivent toujours êtreinterprétés selon la clinique. Si le bilan allergologiqueconfirme l'allergie au sperme, le diagnostic est posé. En revanche,lorsque le bilan est négatif, il faut envisager les diagnostics différentiels.Tout d'abord le prélèvement vaginal doit comporter une rechercheexhaustive de tous les germes, une infection à mycoplasme pouvantavoir la même symptomatologie clinique. Enfin, des allergènes,présents dans le liquide spermatique, peuvent être en causeet sensibiliser la femme; il s'agit de certains médicaments (pénicilline,vinblastine, thioridazine), ou aliments (noix) [4]. De plus des allergènescomme le pollen, la poussière, les poils d'animaux peuvent êtreallergisants au niveau vaginal après contact manuel. Enfin les produitschimiques contenus dans certains savons, ou l'utilisation de spermacideslocaux peuvent être à l'origine de ces manifestations allergiques.Il est donc nécessaire d'effectuer une recherche étiologiquelarge et un interrogatoire précis devant une vulvovaginite sans causeinfectieuse évidente.

TRAITEMENT

Les différents traitements, à défaut d'entraînerune rémission complète dans tous les cas, permettent d'obtenirdes rémissions temporaires [7-8]. Chez certaines femmes l'allergiepeut récidiver même s'il y a changement de partenaire; en effet,l'antigène responsable appartient à une famille hétérogènede glycoprotéines, et par conséquent l'allergie est non spécifiqued'un seul antigène. De plus une incompatibilité dans le systèmeHLA des deux partenaires pourrait intervenir dans le mécanisme deces allergies [4]. L'absence de contact avec le liquide spermatique peutêtre obtenue en utilisant des préservatifs, mais cette méthodepose des problèmes d'observance à long terme. Dans la littérature,une observation a été rapportée d'allergie au latexassociée à l'allergie au liquide séminal, est sembledonc être une association très rare [9]. Les anti-histaminiquespris une heure avant les rapports puis trois jours après diminuentsimplement les symptômes. Devant une réaction locale isoléeon peut y associer une application vaginale de Cromolym Cream® 30 minavant les rapports [5-10]. S'il existe une réaction systémiqueassociée, la désensibilisation par des techniques d'immunothérapieà l'aide d'une fraction d'antigène purifié doit êtretentée avec des résultats variables selon les patientes etles équipes [2-8]. Il est nécessaire, lors de ces traitements,d'avoir des rapports réguliers (deux à trois fois par semaine)afin d'améliorer l'efficacité de la désensibilisation.

Un suivi gynécologique est indispensable à long terme afinde dépister d'éventuelles infections associées responsablesd'une perturbation de la régulation du système immunitaire.De plus, une possible stérilité pourra être prise encharge. En effet, la protéine présente dans le liquide séminalentraîne l'apparition d'anticorps présents dans le sang etles sécrétions vaginales, pouvant être la cause de l'infertilité.Une insémination intra-utérine pourra alors être envisagéeavec du sperme lavé du liquide séminal [4].

Références

1. Specken JLH. Een Markwaarding geval van allergie in de gynaecologie.Ned Tjidschr Verloskd Gynaecol 1958; 58 :314.
2. Boom BW, Van Toorenenbergen AW, Nierop G, Van der Schroeff JG. A caseof seminal fluid allergy successfully treated with immunotherapy in one-dayrush procedure. J Dermatol 1991; 18 :206-10.
3. Bernstein IL, Englander BE, Gallagher JS, Nathan P, Marcus ZH. Localizedand systemic hypersensitivity reactions to human seminal fluid. Ann InternMed 1981; 94 :459-65.
4. Jones WR. Allergie to coitus. Aust NZ J Obstet Gynaecol 1991; 31 :137-41.
5. Bosso JV, Aiken MJ, Simon RA. Successful prevention of local and cutaneoushypersensitivity reactions to seminal fluid with intravaginal Cromolyn.Allergy Proc 1991; 12 :113-6.
6. Presti ME, Druce HM. Hypersensitivity reactions to human seminal plasma.Ann Allergy 1989; 63 :477-82.
7. Bernstein JA, Herd ZA, Bernstein DI, Korbee L, Bernstein IL. Evaluationand treatment of localized vaginal immunoglobulin E-mediated hypersensitivityto human seminal plasma. Obstet Gynecol 1993; 82 :667-72.
8. Friedman SA, Bernstein IL, Enrione M, Marcus ZH. Successful long-termimmunotherapy for human seminal plasma anaphylaxis. JAMA 1984; 251 :2684-7.
9. Kint B, Degreef H. Combined allergy to human seminal plasma and latexcase report and review of the literature. Contact Dermatitis 1994; 30 :7-11.
10. Robinson S, O'Kane MJ, McCluskey DR. Allergy to human seminal fluid.Ann Clin Biochem 1994; 31 :298-9.




© 1997 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline